Acadomia poursuit sur sa lancée

55

« Lors de notre création, en 1989, notre but a été de structurer un marché jusque-là souterrain », explique Philippe Coléon, directeur général d’Acadomia. Un objectif qui s’est adossé à un réel besoin exprimé par des familles en quête d’un cadre légal mieux défini et s’est trouvé conforté par l’avantage fiscal entré en vigueur en 1993 permettant aux particuliers employant du personnel à domicile de déduire de leurs impôts 50 % des sommes engagées.
Fonctionnant comme un mandataire, Acadomia se charge du recrutement des professeurs et de tous les aspects administratifs. « Mais notre rôle ne s’arrête pas là : nous ne sommes pas une société d’intérim », observe Philippe Coléon. Acadomia s’engage à proposer à chaque élève la méthode la mieux appropriée et l’enseignant le plus à même d’atteindre les objectifs fixés. Une évaluation est donc systématiquement proposée à l’élève afin de cibler ses lacunes et d’en comprendre les raisons. « Nous prenons en compte non seulement les connaissances, mais aussi le caractère de chaque élève, son âge, son type de mémoire… afin de déterminer la pédagogie et l’enseignant qui lui conviendra le mieux, car la complicité entre l’élève et son professeur est l’une des clés du succès », explique Philippe Coléon, soulignant ainsi la pertinence du slogan d’Acadomia : « croire au potentiel de chacun ».
Un bilan est systématiquement effectué afin de s’assurer de l’adéquation entre le professeur et l’élève dans un souci unique : la réussite. « Notre engagement, c’est le résultat. D’ailleurs, si nous n’atteignons pas notre objectif, la sanction est immédiate : la famille nous congédie », remarque Philippe Coléon.
Une pédagogie personnalisée
Dès 1997, Acadomia a développé un réseau d’agences, aujourd’hui au nombre de 110 en France, dont un tiers en franchise. « Nous sommes très attachés à la proximité entre élèves et enseignants et au présentiel que rien ne peut remplacer », précise Philippe Coléon. La société s’efforce ainsi de limiter les relations par média interposé entre enseignant et élève. Acadomia mise aussi sur la qualité de son réseau d’enseignants, recrutés avec soin. Sur les 25 000 professeurs, 75 % sont des étudiants dont la moitié se destine au métier d’enseignant. Acadomia est ainsi le premier pourvoyeur français d’emploi des étudiants, le quart d’enseignants restant étant des professeurs en poste ou retraités ou des vacataires.
Dernier budget des Français, l’éducation reste associée à la notion de gratuité. « Pourtant, elle coûte 70 milliards d’euros par an à l’État français », rappelle Philippe Coléon. Les familles faisant appel à des professeurs particuliers sont ainsi fréquemment stigmatisées et les sociétés comme Acadomia accusées de creuser le fossé entre les enfants, remettant ainsi en cause le très républicain principe de l’égalité des chances. « Cependant, les familles sont très demandeuses de nos services », observe Philippe Coléon, qui remarque que les revenus sont moins déterminants dans la demande de cours que le rapport à l’éducation et la volonté de voir ses enfants réussir. Désormais, Acadomia propose des services à cinq publics distincts : les primaires, les collégiens, les lycéens, les étudiants de l’enseignement supérieur et les adultes. Acadomia a développé depuis 2000 des cours collectifs « pour tout ce qui ne s’apprend pas à l’école » comme la prise de notes, les méthodes de mémorisation ou encore l’orientation.
Élargissant encore son offre, la société propose depuis 2008 aux étudiants du supérieur des cours collectifs et individuels ainsi que des conférences dispensées par des professeurs éminents et l’offre « Acadomia online » fortement développée sur les langues. À travers la marque Acadéos, la société propose par ailleurs des cours pour adultes, essentiellement individuels, financés par les particuliers ou les entreprises qui bénéficient aussi de réductions d’impôts et peuvent régler par CESU, le chèque emploi service universel. « Nous travaillons aussi beaucoup avec les expatriés et les résidents étrangers et leurs familles », précise Philippe Coléon.
Si un accompagnement des créateurs ou repreneurs d’entreprises est proposé – avec des formations ciblées en droit, fiscalité, comptabilité, marketing, communication ou vente –, les formations d’Acadéos sont principalement axées sur les connaissances basiques comme les langues étrangères, le français ou l’informatique, « car il n’est jamais trop tard pour réviser ses bases ».

Chiffres clefs
110 agences
100 millions d’euros de volume d’affaires
3 millions d’heures de cours délivrées par an
500 salariés
25 000 enseignants
100 000 élèves suivis par an