Action contre la faim, la philanthropie multiforme

63
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmdlfndbfmzcxx2zpbguixsxbinailcj0ahvtyiisiji3mhgxmdawpijdxq
Photo : ACF/NYTine Frank
Action contre la faim (ACF) intervient auprès des populations qui souffrent de malnutrition. Au-delà des dons, l’association compte sur les legs, les donations et le concours des entreprises partenaires pour asseoir et poursuivre son action.

Fondée en 1979 par un groupe d’intellectuels français, AICF, devenue Action contre la faim, est une association reconnue d’utilité publique depuis 1994. Grâce à ce statut, elle est exonérée de tout droit de succession et de mutation et de tout prélèvement forfaitaire au titre des assurances-vie. Les donateurs qui veulent soutenir ses actions sont ainsi assurés qu’aucune retenue fiscale ne vient grever leurs apports.
Car au-delà des dons, les legs et les donations font partie intégrante des ressources de l’ONG. Certains donateurs n’hésitent pas non plus à désigner Action contre la faim comme bénéficiaire de leur assurance-vie. « Cette façon de donner est encore méconnue du grand public, explique François Danel, directeur général de l’association. Offrir une partie de son patrimoine après sa mort ou de son vivant à une association reconnue d’utilité publique est tout à fait possible. ACF peut figurer sur tout testament et recevoir des legs universels, à titre universel ou à titre particulier. Dans le cadre d’une donation, les donateurs peuvent bénéficier d’avantages fiscaux. Une donation temporaire d’usufruit représente, par exemple, un outil de défiscalisation intéressant. Effectuer une donation peut également permettre de sortir de l’assiette de l’ISF. »
Le mécénat est un autre moyen de récolter des fonds ou de pouvoir disposer de compétences spécialisées à titre gracieux. Les équipes du prestigieux BCG (Boston Consulting Group) réalisent gratuitement des missions d’accompagnement stratégique. Les papeteries Pichon ont, pour leur part, livré du matériel aux écoles dans le cadre de l’opération « Une Assiette contre la faim ». Mais d’autres types de partenariats sont également envisageables. Les magasins U apportent leur soutien à ACF depuis 1999 : la chaîne de supermarchés propose à ses clients de reverser une partie de leurs points fidélité. Chaque année, l’enseigne remet à ACF un chèque correspondant au double de la valeur des points récoltés. Maximiles propose à ses adhérents de convertir leurs « miles » en dons.
« Action contre la faim propose des projets de partenariats adaptés aux objectifs et aux valeurs des entreprises qui s’engagent à nos côtés, souligne Valérie Daher,
directrice de la communication et du développement. Nous nous adaptons aux attentes spécifiques des entreprises solidaires. Les opérations envisagées dans le cadre d’un mécénat ou d’un partenariat doivent avoir du sens pour ceux qui nous soutiennent. » La voie choisie : le partenariat personnalisé avec des retombées pour chaque partie. À titre d’exemple, Brita France reverse à l’association 1 euro pour tout achat d’une carafe. Une opération qui permet au fabricant de carafes filtrantes de bénéficier d’une image valorisante et de mobiliser ses collaborateurs. En 2008, l’industriel a même envoyé un salarié sur le terrain, au Laos, ce qui a suscité un vif intérêt de la part du personnel.
Également fédérateurs, les événements organisés directement par l’ONG. Le challenge interentreprises contre la faim (course solidaire ouverte à tous les salariés), la course contre la faim (réservée aux scolaires) ou l’opération café (10 centimes d’euro reversés pour tout achat d’un café), par exemple, sont autant d’opérations qui nécessitent l’appui de sponsors ou d’en-treprises participantes. D’importantes retombées médias sont à la clé ! Les dons en numéraire ou en nature sont aussi les bienvenus. Les contreparties s’envisagent fiscalement ainsi qu’en termes de communication externe et interne.
En 2009, ACF France est intervenue dans 19 pays venant ainsi en aide à plus de 2,3 millions de personnes. Quelque 30 millions d’euros ont été recueillis auprès de plus de 370 000 donateurs particuliers. De nombreux partenariats techniques ont, par ailleurs, contribué à alléger les frais de fonctionnement de l’association.

ACF en quelques mots
ACF est une ONG reconnue d’utilité publique. Sa mission : sauver des vies en éliminant la faim par la prévention, la détection et le traitement de la malnutrition, en particulier pendant et après les situations d’urgence liées aux conflits ou aux catastrophes naturelles. L’association s’appuie sur un réseau international (ACF International) qui compte cinq sièges : Paris, Madrid, Londres, New York et Montréal. ACF France mène des actions sur le terrain pour lutter contre la malnutrition, garantir l’accès à l’eau et assurer l’autonomie alimentaire.