Ayant le vent en poupe avec une économie en progression, la France enregistre pour la première fois un déficit public à 2.6% pour l’année 2017 selon l’Insee, soit son plus bas niveau depuis 10 ans.

La bonne nouvelle va redonner le sourire à l’exécutif qui avait mis un point d’orgue à la réduction du déficit public de l’État, au cours de la campagne présidentielle. Et pour la première fois en 10 ans la France répond aux exigences de Bruxelles en matière de déficit public en tombant à 2.6% soit 0.3% de mieux que ce qui était prévu par les analystes.

Ces chiffres qui restent à nuancer car la dette public augmente et que les comptes publics restent dans le rouge, permettent néanmoins d’entrevoir une perspective plus positive pour la France. Plus en détail, le déficit qui réunit le budget de l’État, celui des collectivités locales ou encore de la sécurité sociale a atteint 59.3 milliards de déficit contre 75.9 milliards en 2016, ce qui constitue une baisse record de 0.8% en un an.

La diminution du déficit est fortement due aux rentrées fiscales dopées par le retour d’une croissance à 2% pour 2017

Le Ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, s’est réjoui de voir que l’Hexagone tenait enfin ses engagements redonnant ainsi une crédibilité à la France qui était le dernier pays de l’Union Européenne (avec l’Espagne) à être sous le coup d’une procédure pour déficit excessif. La France doit réussir à maintenir le cap deux années de suite sous les 3% de déficit pour que s’arrête la procédure disciplinaire faite à son encontre et qui est en cours depuis 2009.

La dépense public augmente et est passée de 1% en 2016 à 2.5% en 2017. Une hausse en corrélation avec l’investissement des collectivités locales à plus de 2.9 milliards d’euros après trois années de baisse. Bruno Le Maire rappelle que des mesures ont été prises à l’été 2017 pour corriger le tir.

Le second sujet d’inquiétude est la dette public que Bruno Le Maire qualifie de «poison lent sur l’économie française». Celle-ci a terminé l’année 2017 à 97% du PIB, contre 96.6% l’année précédente. Pierre Moscovici, le Commissaire européen aux Affaires économiques a tenu à souligner les efforts de la France «mais il faut poursuivre, approfondir cet effort et viser la réduction de la dette».

Selon l’Insee, la croissance française a progressé de 2% en 2017, notamment grâce à une accélération de l’investissement que ce soit du coté des ménages ou celui des entreprises. Cette progression est la plus forte connue depuis six ans.