Après le French Tech Ticket : le French Tech Visa

26

Lors du Demo Day des jeunes pousses de la French Tech qui s’est tenu Lundi 16 janvier 2017, Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances, chargée du Numérique et de l’Innovation, a annoncé la création du « French Tech Visa », dans le prolongement du « French Tech Ticket », lancé durant 2015, destiné à attirer des entrepreneurs étrangers et incuber de jeunes pousses en France. Il s’agit d’un programme de 12 mois, avec un soutien financier pouvant atteindre 25 000 euros. Il a attiré 22 entreprises, dont 18 ont continué leur activité dans l’Hexagone.

Le French Tech Visa, lui, s’appuiera sur le « passeport talent » mis en place à l’automne dernier. Il s’agit d’une procédure accélérée pour les entrepreneurs, investisseurs et talents qui veulent s’implanter en France et s’investir dans le programme, s’ils viennent d’un pays en dehors de l’Union européenne et de la Suisse. Le visa est d’une durée de quatre ans, renouvelable, avec accueil possible du conjoint.

Plusieurs voies pour entrer

Le visa est donc une évolution du Ticket existant. « Nous accueillerons aussi des artistes, des architectes, des designers, des employés d’entreprises privées qui veulent venir en France avec un projet, qui sont considérés comme talentueux » explique Axelle Lemaire. S’ils s’attendent à accueillir 200 personnes, « cela pourrait aussi bien être 1 000 ou 2 000 personnes ».

Les entrepreneurs disposent de trois moyens d’entrer dans le programme. D’abord, le French Tech Ticket déjà existant, qui est maintenu et étendu à dix villes, dans 41 incubateurs. Pour le moment, 2 700 candidats de 90 pays se sont présentés. Le deuxième moyen est de tenter d’entrer dans des incubateurs et concours de jeunes pousses partenaires. Enfin, Bercy propose de souscrire directement au visa au consulat français ou à la préfecture, pour ceux résidant déjà dans l’Hexagone.

Pour les employés, deux voies peuvent être empruntées. La première est de trouver un emploi dans une start-up française, parmi une liste d’entreprises validées par l’État, après un appel à candidature au printemps. La seconde est la « French Tech Visa for exception talents ». Les investisseurs, eux, doivent soit étendre leur activité en France, soit monter une entreprise dédiée, soit directement candidater au visa dédié.

Le débat sur l’immigration en tête

Lors de leurs allocutions, François Hollande et Axelle Lemaire ont réaffirmé que la French Tech est un signe d’ouverture sur le monde, à un moment où le repli semble être une valeur plus « partagée ». Les deux responsables politiques n’ont pas manqué de fustiger les velléités de fermer les frontières. Une initiative « French Tech diversité » est d’ailleurs prévue pour le mois prochain.

La vivacité actuelle de la scène numérique française s’est encore constatée au CES de Las Vegas en début de mois, avec plus de 200 entreprises françaises présentes et une délégation imposante. Le programme s’était étendu en France cette année, avec le lancement de neuf réseaux thématiques :

  • Santé (#HealthTech : #BioTech, #MedTech et #e-santé)
  • Internet des objets (#IoT et #Manufacturing)
  • Éducation et divertissement (#EdTech et #Entertainment)
  • Technologies propres et mobilité (#CleanTech et #Mobility)
  • Finance (#FinTech)
  • Sécurité et vie privée (#Security et #Privacy)
  • Commerce (#Retail)
  • Alimentation (#FoodTech)
  • Sports (#Sports)

Les politiques n’avaient d’ailleurs pas manqué le rendez-vous, Michel Sapin et Axelle Lemaire étaient au CES pour représenter le gouvernement, François Fillon et Nathalie Kosciusko-Morizet pour faire campagne auprès des entrepreneurs. Sans surprise, l’immigration a été une ligne de fracture entre le gouvernement actuel et certains candidats, dont François Fillon, le candidat Les Républicains affirmant vouloir une régulation plus forte de l’immigration, sans que cela ait de conséquences sur l’emploi d’étrangers dans le secteur numérique.

source : Next Impact