Argentine – L’international depuis 1924

42
Lisez notre article Argentine – L’international depuis 1924

C’est le 7 novembre 1924, dans la ville de Buenos Aires, que la Chambre argentine de commerce (CAC) est née. Motivés par la nécessité de préserver les principes de la liberté économique et de l’initiative privée, les commerçants, les industriels et les importateurs argentins engageaient la marche d’une institution capable de représenter leurs intérêts face aux autorités publiques, mais également face aux chefs d’entreprises venus de l’étranger. Dès sa création, la CAC a développé son pôle international. En 1934, elle lance un comité argentin interaméricain d’arbitrage commercial, puis se dote, en 1937, d’un comité argentin du commerce international. Avec les années, son rôle se définit plus encore : favoriser la libre circulation des hommes, des marchandises, des services et des capitaux entre les pays.
La CAC offre aux entreprises des services à l’international tout à fait complets, d’abord grâce à un Système d’information commerciale et de recherche de contreparties (SICBC), qui permet aux entrepreneurs de suivre des modules de formation accès sur l’international. De la reconnaissance du marché visé jusqu’à la recherche et à la sélection d’un partenaire commercial, le SICBC accompagne, tout au long de leur développement, les entreprises argentines ainsi que les étrangers qui voudraient introduire une marchandise sur le marché argentin. Manière aussi de faire vitrine du savoir-faire argentin, la CAC a élaboré un Système d’opportunités commerciales internationales (SOCI). Ce service permet de gérer les offres et les demandes en matière de commerce extérieur. Une base de propositions d’affaires d’environ dix mille registres est périodiquement éditée et disponible sur abonnement pour les entrepreneurs intéressés par l’économie argentine.

L’intérêt européen
Membre du conseil des chambres de commerce du Mercosur (organisme créé par les chambres des pays membres et associés du Mercosur), la CAC s’investit pour le développement du marché commun sud-américain et travaille à la constitution d’alliances stratégiques sur l’échiquier économique mondial. La Commission européenne a d’ailleurs prouvé tout son intérêt pour le marché argentin, puisqu’elle cofinance avec la Chambre argentine, depuis 1995, l’Eurocentre de Buenos Aires. Une structure dédiée à la promotion du commerce entre les entreprises et qui, en quelques années, a mobilisé plus de 4 000 entreprises argentines et plus de 400 européennes dans divers secteurs d’activité.
L’attention de la Commission européenne pour l’Argentine coïncide avec le souhait de l’Europe de promouvoir la coopération patronale avec l’Amérique latine. Aussi, en 1994, la Commission européenne avait-elle lancé le programme Al-Invest qui mobilise un nombre très important d’entreprises des deux continents, avec un haut pourcentage de concrétisation d’affaires.
En outre, le programme Al-Invest soutient et patronne l’organisation de rencontres sectorielles d’affaires grâce à un réseau d’opérateurs issus de l’Europe et de l’Amérique latine, (notamment l’Eurocentre de Buenos Aires). L’an dernier, ce sont 11 rencontres de cette sorte qui ont eu lieu de part et d’autre de l’Atlantique.