Baromètre AmCham-Bain 2015 : hausse du moral des investisseurs américains en France

10

Le cabinet de conseil Bain & Company et la Chambre de Commerce Américaine en France ont publié hier mercredi 25 novembre la 16e édition du baromètre AmCham-Bain, qui mesure d’une année sur l’autre la perception de l’environnement économique des investisseurs américains en France et qui étudie les « stimulants » et les « irritants » de la vie en France pour les salariés américains. Cette étude s’appuie cette année sur les réponses obtenues auprès de 125 sociétés américaines implantées en France où elles représentent plus de 50 000 salariés et plus de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires tous secteurs d’activités confondus. Ce Baromètre a été réalisé avant les attaques du 13 novembre, à noter qu’il s’inscrit sur la durée et non dans une approche conjoncturelle.

Il met en évidence deux grands enseignements :

– Les répondants accueillent plutôt favorablement la dynamique enclenchée par les initiatives stratégiques du Gouvernement. Cependant, l’attractivité relative de la France par rapport à ses voisins reste en retrait et les investisseurs américains estiment qu’il est urgent de mettre en œuvre des réformes plus abouties et stables en matière fiscale, de droit du travail et de dialogue social.

– La transformation numérique est un nouveau marqueur de l’attractivité de la France. Les investisseurs américains considèrent l’écosystème français des entreprises technologiques, des start-up et de la formation scientifique comme un atout pour toute entreprise qui souhaite engager ou accélérer sa transformation numérique.

La perception du contexte économique de la France et de son évolution par les investisseurs américains

Pour l’année 2015, les investisseurs américains prévoient une légère amélioration. 27% (contre 24 % en 2014) des participants du Baromètre estiment que l’évolution du contexte économique dans leur secteur d’activité sur les années à venir sera positive et 49% (contre 39 % en 2014) pensent qu’elle sera stable.

En ce qui concerne l’évolution du nombre de salariés de leur entreprise en France sur les années à venir, les investisseurs interrogés sont partagés. Ils sont 36% à dire que leurs effectifs en France augmenteront (contre 22% en 2014), 31% à anticiper une stabilisation du nombre de salariés et un tiers à anticiper une baisse de leurs effectifs. Contrairement à 2014, les anticipations d’augmentation d’effectif dépassent donc légèrement les anticipations de réduction.

L’attractivité de la France pour la transformation numérique des entreprises

Le Baromètre innove cette année en considérant l’attractivité de la France pour une entreprise qui souhaite engager ou accélérer sa transformation numérique. Les investisseurs ont en effet constaté que l’arrivée de nouveaux modèles digitaux et des « pure players » du web impacte la majorité écrasante des entreprises. Le résultat est très convaincant.

85% du panel estiment que notre pays est attractif et préconise 3 domaines pour attirer davantage les activités liées au digital : il s’agit de la structure de coûts, de l’environnement fiscal et juridique ainsi que de l’environnement réglementaire.

Enfin, 56% des investisseurs interrogés trouvent que la performance de la France sur les leviers proposés est équivalente ou meilleure que celle de ses homologues européens.

Ces résultats sont encourageants, mais surtout un puissant levier de changement de perception de notre pays dans les relais d’opinion internationaux.

La perception de l’attractivité de la France par les employés étrangers

En 2015, seulement 11% des participants au Baromètre recommanderaient la France comme lieu de vie à des collaborateurs étrangers. Si le système social (en particulier, l’accès au système de santé, la scolarité et la garde des enfants) reste un atout considérable de la France, la gestion administrative (obtention d’un visa, d’une carte de séjour), le climat social et la fiscalité des particuliers sont jugés « irritants ».

La perception des initiatives stratégiques présentées par le Gouvernement

Un investisseur américain sur 2 interrogé juge bénéfique l’impact du CICE et les mesures du Pacte de Responsabilité, Par ailleurs, plus de la moitié de répondants jugent les mesures du Conseil de la simplification pour les entreprises favorables à l’attractivité de la France. La loi sur la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques est perçue favorablement par 62% de répondants. En revanche, lorsque les investisseurs questionnés sur les mesures spécifiques de la loi Macron, la perception de l’efficacité chute à des niveaux entre 8% et 33%.

L’impact des relations politiques et diplomatiques franco-américaines actuelles sur les liens économiques entre les deux pays

En 2015, une grandissante majorité analyse comme positif ou neutre l’impact des relations politiques et diplomatiques franco-américaines sur les liens économiques entre les deux pays ; 30% des investisseurs estiment que cet impact est positif et seulement 4% le trouvent négatif.

La majorité des investisseurs interrogés cette année estime que les recommandations de l’AmCham en 2014 ont été entendues. Cependant, entre 42% et 54% de répondants trouvent que celles-ci n’ont pas été suffisamment suivies d’actions concrètes.

Pour 2016, l’AmCham fonde ses recommandations pour améliorer l’attractivité de la France sur cinq piliers :

– Adapter le droit du travail à la réalité économique pour relancer l’emploi

– Offrir davantage de stabilité et prévisibilité juridique aux investisseurs internationaux
en France

– Continuer d’améliorer notre compétitivité-coût pour rattraper le retard français

– Attirer et fidéliser les fonctions stratégiques et les talents internationaux en France

– Accélérer la simplification administrative sans créer de nouvelles complexités.

 

commerce international, actu-cci.com.