Bilan de la plate-forme Internet economiedenergie.fr

20
Créé en partenariat avec le groupe Primagaz, le site Internet Économie d’énergie propose un accompagnement interactif pour la mise en œuvre de stratégies énergétiques au sein de l’habitat. Un projet en constante évolution animé par de nombreux partenaires.

Primagaz_avril11

Un accompagnement concret pour la mise en œuvre énergétique au sein de l’habitat ou en entreprise. C’est ainsi que se résume la mission de la plate-forme Internet economiedenergie.fr, lancée en 2008 en partenariat avec Primagaz. « Les évolutions dans le domaine de l’énergie sont devenues complexes. Or, le sujet est de première importance et concerne tout un chacun. À l’issue de discussions avec nos partenaires, nos collaborateurs et nos clients, il nous a paru essentiel de vulgariser les enjeux et les opportunités en matière d’énergie de sorte que ces informations profitent à tous. C’est de cette motivation qu’est née la structure Économie d’énergie », précise Myriam Maestroni, directrice générale de Primagaz, à l’origine de la création de ce service en ligne. Les dernières années se sont caractérisées par une prise de conscience brutale et planétaire de la relation de chaque individu à l’environnement.

 

Les émissions de gaz à effet de serre et l’empreinte écologique sont désormais des notions intégrées au quotidien de chacun. « Il y a encore cinq ans, ces sujets étaient la chasse gardée de quelques experts et ingénieurs », rappelle la dirigeante. Aujourd’hui, l’optimisation de la consommation énergétique ne dépend plus du seul choix d’un fournisseur en énergie, mais implique l’intervention d’une multitude d’acteurs. « C’est pourquoi le but d’Économie d’énergie est d’apporter une grande variété d’informations de tous ordres afin d’orienter au mieux l’utilisateur dans ces investissements », poursuit-elle. « Dans les années 1990, on disait que le XXe siècle était celui du pétrole et que le XXIe siècle serait celui du gaz. Aujourd’hui, la prise de décision, quant à ses solutions énergétiques, va bien au-delà du choix entre ces deux ressources. Il n’est plus rare de combiner plusieurs sources et d’intégrer d’autres critères comme des choix d’isolation, de ventilation ou la production partielle de son électricité. »

 

Des réponses pour élaborer une stratégie énergétique
Pour constituer une solution efficace durable, la mise en œuvre énergétique doit tenir compte de nombreux paramètres. La loi oblige à prendre en compte de nouveaux critères. « Mais comment faire ? Quelles doivent être mes priorités ? Les conseils de mon énergéticien sont-ils suffisamment objectifs ? C’est pour répondre à ces interrogations que la plate-forme a été conçue », ajoute Myriam Maestroni. « Avec un tel site Internet, le grand public sera bientôt beaucoup plus familier avec les possibilités qui s’offrent à lui, ses véritables besoins en eau et en énergie, les manières de créer sa propre énergie et les différents leviers d’action qui peuvent directement ou indirectement se répercuter sur sa facture finale. » Les informations postées en ligne sont d’autant plus pertinentes qu’elles proviennent de sociétés et d’organismes spécialisés dans ce domaine. La plate-forme constitue un système qui s’auto-arbitre. Les partenaires veillent à ce que les informations fournies par les uns et les autres soient de la meilleure qualité possible, garantissant ainsi l’objectivité pour le client. En quelques clics, le consommateur peut par exemple être éclairé sur le choix d’énergie renouvelable le plus adapté à sa situation et ses objectifs. La directrice explique qu’on distingue « trois catégories d’énergies renouvelables : celles qui ont plutôt vocation à être couplées à d’autres ressources énergétiques, comme la géothermie et le solaire thermique, les énergies qui se substituent au gaz naturel, comme la biomasse et le bois, et enfin celles qui produisent de l’électricité comme les technologies photovoltaïques, éoliennes ou hydrauliques. Le recours à l’une de ces solutions dépend des souhaits du client. »

 

Pour permettre au consommateur de fixer ses choix, Économie d’énergie propose un véritable service de conseil. Elle indique des leviers d’intervention possibles qui tiennent compte de plusieurs paramètres déterminants, comme la zone climatique du logement, le nombre d’occupants et leurs habitudes, la qualité de la construction (type de ventilation, d’isolation…) et le type d’appareils de chauffage. Grâce à un système interactif et ludique, la plate-forme recueille les données de l’utilisateur et propose ensuite un diagnostic sur mesure adapté à sa situation. Contrairement à un diagnostic habituel qui constitue un document figé, ce modèle a l’avantage de permettre des simulations. En fonction d’un investissement précis, d’un changement d’installation ou de modifications des habitudes de consommation, on peut facilement constater les bénéfices possibles et estimer la pertinence de différents scénarios. Le client est également renseigné sur l’ordre des opérations à réaliser si plusieurs investissements sont prévus. « Nous apportons une orientation très claire sur les choix envisagés », résume Myriam Maestroni. Une fois que les travaux sont déterminés de manière précise, la plate-forme propose également un accompagnement sur le volet financier des opérations. Les aides fiscales et les conditions d’attributions de prêts sont détaillées en fonction du profil du client. Enfin, par souci de compléter sa mission d’information, le site se fait l’écho de l’actualité française et internationale très riche et dense dans ce domaine.

 

L’internaute peut facilement consulter le dispositif légal en application, accéder aux dernières évolutions réglementaires, suivre les grands rendez-vous internationaux… En plus de constituer une excellente étude énergétique en amont de travaux de construction ou de rénovation dans des résidences principales ou secondaires, le site intéresse également les entreprises. « Nous sommes sollicités par des sociétés de tous secteurs d’activité qui, dans le cadre de dispositifs comme le 1 % Logement ou de leur comité d’entreprise, souhaitent fournir des informations à leurs salariés sur ce plan. Elles sont souvent intéressées par des formations et des compléments d’information », précise la directrice. Il existe également un site Internet intitulé Économie d’énergie transport (economiedenergie-transport.fr) qui apporte le même type de réponses aux problèmes de mobilité (utilisations de carburants, solutions de covoiturage, type de véhicules…).

 

Un partenariat évolutif
Économie d’énergie est avant tout une œuvre collective rassemblant de nombreux acteurs. La CAPEB (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), qui représente l’ensemble des artisans de la filière, l’organisme de contrôle Qualigaz ou encore la banque Solfea spécialisée dans les prêts à taux zéro sont autant de partenaires variés, synonymes de valeur ajoutée pour cette initiative. « Ce système de partenariat est bien sûr amené à évoluer. Il s’agit de professionnels de tous horizons qui se raccrochent à cette chaîne de services et qui permettent d’en améliorer le contenu en permanence. On trouve autant des énergéticiens et des installateurs que des sociétés de financement ou de maintenance », détaille encore Myriam Maestroni. Tous les acteurs directement ou indirectement liés aux solutions pour l’efficacité énergétique ont vocation à être acceptés dans ce club.

 

D’autres organisations ont intérêt à rejoindre un tel partenariat. Il s’agit d’une véritable vitrine, synonyme de potentiel de croissance pour les intervenants. La diversité des entreprises représentées est par ailleurs intéressante pour les utilisateurs de la plate-forme, car plus il y a de partenaires, plus l’objectivité des informations est garantie. « À noter aussi que nous travaillons actuellement à l’internationalisation du site Internet, ce qui implique bien entendu une adaptation aux contextes réglementaires et aux enjeux énergétiques de chaque pays », ajoute la dirigeante.