Bruno Lefebvre, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense (Crefop): « En 2009, nous allons élaborer un véritable business plan »

63

Crefop_fev09

Le Centre des relations avec les entreprises et de la formation permanente (Crefop) est une entité qui permet à l’université de Paris Ouest Nanterre-La Défense d’établir des partenariats avec les entreprises, de favoriser l’insertion professionnelle de ses étudiants et d’assurer sa mission de formation tout au long de la vie. Rencontre avec Bruno Lefebvre, le directeur du Crefop.

 

Commerce International : De quand date la création du Crefop et quels sont ses moyens humains et financiers ?

 

Bruno Lefebvre : « Le Crefop est né à l’automne 2007 de la réunion de l’ancien Centre d’éducation permanente et d’autres composantes de l’université de Paris Ouest Nanterre-La Défense dont le Bureau des conventions de stages. Le personnel administratif et technique comprend 20 personnes et 7 enseignants rattachés au centre. Celui-ci fait appel à 250 autres enseignants : universitaires, consultants et salariés de différents milieux professionnels. Le Crefop fonctionne sur ses ressources propres et dispose d’un budget annuel d’environ 2 millions d’euros. »

 

Quelles sont les différentes missions du Crefop ?

 

B. L. : « La première mission du Crefop est d’être un guichet unique d’entrée des milieux professionnels dans l’université. En effet, il leur est très difficile de trouver l’interlocuteur dont ils ont besoin. Il faut donc les orienter vers les composantes les plus à même de répondre à leurs demandes et les accompagner dans cette relation. Sa deuxième mission consiste à développer des partenariats avec ces milieux professionnels, notamment les entreprises, afin de valoriser la formation et la recherche de l’université. Sa troisième mission consiste à accueillir, informer, orienter et accompagner les salariés et les demandeurs d’emploi en reprise d’études. Enfin, sa dernière mission est de favoriser l’insertion professionnelle et la construction du projet d’études des étudiants en partenariat avec le Centre d’accompagnement, de conseil, d’information et d’orientation sur le parcours des étudiants (Caciope), l’organisation de manifestations diverses avec ce même service et la recherche des stages, des missions d’apprentissage et des contrats de professionnalisation. »

 

Y a-t-il des équivalents du Crefop dans les universités françaises ?

 

B. L. : « Le Crefop est une structure unique en France par la concentration et la multiplicité de ses services. Son action s’inscrit dans la durée : nous entretenons des relations suivies avec les entreprises dans le cadre de nos partenariats. De plus, le Crefop apporte aux autres composantes de l’université une expertise pour collecter la taxe d’apprentissage auprès des entreprises, développer des formations continues, qualifiantes et diplômantes, ou aider à répondre à des appels d’offres d’administrations ou de grandes entreprises lancés depuis leur plan de formation. »

 

Développez-vous des relations à l’étranger ?

 

B. L. : « Les PME et les multinationales qui viennent nous voir ont des besoins différents. Pour y répondre, nous signons des partenariats en France avec d’autres organismes de formation continue comme la Cegos ou l’Institut français de gestion, et des conventions à l’étranger avec des universités partenaires. Nous sommes actuellement en discussions avec une école de commerce à Budapest, avec l’Université de Potsdam, l’Université de Rome III, l’Université technologique de Vienne… »

 

Quels sont les projets d’avenir du Crefop ?

 

B. L. : « Le contrat quadriennal de développement 2005-2008 a permis de “construire” le Crefop. En 2009, nous allons poursuivre ce travail par l’élaboration d’un véritable business plan : l’offre de formation du Crefop doit être redéfinie pour le nouveau plan quadriennal. Il s’agit d’inscrire le Crefop dans une démarche d’assurance-qualité avec une certification de type ISO 9000 à l’horizon 2011. En faire ainsi un partenaire crédible auprès des milieux professionnels dont certains sont encore très méfiants à l’égard de l’Université. À court terme, les priorités du Crefop sont la collecte de la taxe d’apprentissage pour financer les formations et les projets phares de l’établissement en matière d’orientation et d’insertion professionnelle des étudiants, l’organisation de forums métiers et stages avec Caciope, avec les Unités de formation et de recherche (UFR) et les écoles doctorales, la promotion des dispositifs de la formation continue auprès des composantes de l’université, assortie d’aides pour un meilleur accueil du public de la formation continue. »