Capital investissements – Nous garantissons l’investissement immobilier

18
En s’appuyant sur son holding France Capital, la société commerciale Selexia propose une formule d’investissement financier garanti dont le directeur commercial, Rémy Houtin, nous expose les principes et le contexte.

Commerce International : Quel rôle joue Selexia au sein du holding France Capital dont elle est une des filiales ?
Rémy Houtin, directeur commercial de Selexia : « France Capital, dont le président est Robert Monné, réunit en fait quatre sociétés. La marque la plus connue est Monné-Decroix, du nom des fondateurs. Actuellement, c’est le sixième promoteur français. On trouve aussi Monné-Decroix Gestion qui gère le parc locatif, et la Sodimm qui assure la recherche et l’aménagement fonciers. Quant à Selexia, elle commercialise les résidences construites par Monné-Decroix et offre un véritable conseil financier aux particuliers qui dé-sirent préparer leurs retraites, réaliser des économies d’impôts, se constituer un patrimoine ou protéger leur famille. »

C.I. : De quelle manière ?
R.H. : « Vous savez qu’il existe en France un déficit immobilier important évalué à 300 000 logements. Depuis de nombreuses années, par le biais d’avantages fiscaux, des lois favorisent l’investissement dans l’immobilier locatif neuf afin de combler ce déficit. Actuellement, ce dispositif est connu sous le nom de “loi Besson”, qui a succédé en août 1999 à la “loi Perissol”. Nous appuyant sur ces dispositions, nous proposons aux particuliers d’acheter, sans apport financier, des appartements qui seront financés par un emprunt, des loyers et des économies d’impôt. Ils peuvent ainsi s’assurer une rente pour leur retraite, se constituer un patrimoine et le réa-liser au bout de neuf ans, s’ils le souhaitent, ou tout simplement protéger leur famille en cas de décès puisque l’assurance obligatoire continuera de prendre en charge l’investissement et de garantir des revenus.
Lorsqu’un particulier s’adresse à nous, il peut réaliser un placement financier et ne plus s’occuper de rien. C’est souvent nous qui trouvons le financement et, quelle que soit la situation, nous lui versons chaque mois la totalité du loyer. Le risque d’impayé ou d’absence de locataire est entièrement supporté par les sociétés du groupe. Aussi, lorsque nous faisons une simulation financière de l’investissement, celle-ci n’a pas à prendre en compte d’éventuels risques locatifs pour l’investisseur car, quoi qu’il arrive, celui-ci touchera la totalité de ses loyers.
Nous avons même une garantie d’investissement ! Imaginons, par exemple, qu’un investisseur perde son emploi et soit dans l’obligation de vendre rapidement l’appartement dans lequel il a investi. Il risquerait normalement de subir une moins-value. Dans ce cas précis, nous compensons l’écart entre le prix de vente et le prix d’achat. Enfin, nous assurons aussi la “requalification”. Je m’explique… Lorsqu’un investisseur, par exemple dans le cas d’un divorce après achat d’un appartement en commun, doit vendre son bien avant l’échéance légale de neuf ans prévue par la loi Besson, le Trésor peut lui réclamer le remboursement des économies d’impôt. Une fois encore, notre groupe assurera, sur justificatifs, le coût de cette requalification. À notre connaissance, nous sommes les seuls sur le marché à offrir cet éventail de garanties… et surtout à ce niveau de prix ! Le coût de la garantie locative se monte à 2,9 % du loyer ; quant à la garantie d’investissement, nous ne la facturons pas. »

C.I. : Quels types de logements proposez-vous ?
R.H. : « Notre groupe a créé le concept des résidences Monné-Decroix voici un peu plus de dix ans. Il s’agit d’ensembles immobiliers précurseurs dans le domaine de la sécurité avec des portails sécurisés, de la vidéosurveillance, mais aussi des parcs paysagers intégrés et une piscine. Ils sont situés dans des bassins d’emploi dynamiques, ce qui nous permet d’avoir un temps de vacance entre deux locataires réduit à moins de six jours. »

C.I. : Quels sont vos objectifs et projets de développement ?
R.H. : « Nous gérons actuellement un parc de quelque 9 000 logements. En 2002, Selexia a réalisé 2 200 ventes et nous pensons atteindre le chiffre de 4 000 ventes en 2005. Par ailleurs, Selexia commercialisera désormais des produits construits par d’autres promoteurs, notamment pour des produits défiscalisés au titre des “lois Paul”, un dispositif concernant les Dom-Tom. Là, nous sommes en mesure de nous associer à des promoteurs sérieux qui ont vingt ans d’expérience sur ces marchés des départements et territoires d’outre-mer. Nous sommes aussi désormais présents sur des investissements ZRR (zone de revitalisation rurale) destinés à des logements de loisirs en montagne ou à la mer. »