CCI Haute-Normandie – Paris Seine Normandie : quand les CCI régionales se rapprochent

32
Image%2044
Les CCI de Haute-Normandie, Basse-Normandie et Paris Île-de-France ont donné naissance à une structure commune originale destinée à accélérer le développement économique des trois régions.

 

Paris Seine Normandie. Tel est le nom de la nouvelle structure associative créée en juin dernier par les CCI de Basse-Normandie, Haute-Normandie et Paris Île-de-France. Un partenariat inter-régions privilégié visant à développer et soutenir un nouveau territoire économique. L’entité a pour mission de rassembler les acteurs économiques locaux pour proposer des services aux entreprises, groupements et établissements, et veut ainsi contribuer à la réussite d’un vaste projet de relance économique, d’aménagement du territoire et de réindustrialisation.

 

Une initiative particulièrement ambitieuse et à la croisée de multiples enjeux, car Paris Seine Normandie représente 15 millions d’habitants et 7,5 millions d’emplois, c’est-à-dire 28,5 % du total national, dont 600 000 emplois dans les filières industrielles, situées au cœur des grandes orientations nationales en matière de politique économique. Pour Jean-Pierre Desormeaux, président de la CCIR de Haute-Normandie, « il est essentiel de mettre de la cohérence dans l’offre de soutien au tissu économique et de rassembler les acteurs concernés autour d’objectifs communs. Une telle démarche contribue à renforcer l’attractivité du territoire. »

 

 

Les membres fondateurs de cette structure atypique sont les CCI régionales de Basse-Normandie, Haute-Normandie et Paris Île-de-France, mais aussi les CCI de Rouen, du Havre, de l’Eure et celle de Caen-Normandie. Pierre-Antoine Gailly, président de la CCI de région Paris Île-de-France et premier vice-président de l’association créée, a rappelé lors de son lancement officiel que « cette création est le fruit d’un travail, conduit depuis 2010 par les CCI et les entreprises dans le but d’apporter une dimension économique et entrepreneuriale au projet du Grand Paris Fluvial et Maritime, visant à créer une identité territoriale et économique entre la région Capitale, la vallée de la Seine et sa façade maritime. » Le contexte géographique de Paris Seine Normandie recèle effectivement un potentiel de croissance important. Le territoire voit transiter chaque année 128 millions de tonnes de marchandises par le biais du trafic maritime et fluvial, soit un tiers du fret national par voie d’eau. Avec 500 000 emplois liés aux secteurs du transport, il s’agit également du premier territoire du pays sur le plan de l’activité logistique. Un domaine qui représente 11 % des emplois de l’axe Seine.

 

En 2011 et 2012, deux « Rencontres économiques Paris Seine Normandie » avaient été organisées à Versailles afin de rassembler les acteurs concernés par ce projet et déterminer une feuille de route. Près de 1 500 entreprises étaient également conviées dans le but de mettre en lumière les attentes concrètes des dirigeants du secteur privé et ainsi orienter le dispositif à déployer. Paris Seine Normandie s’engage à concrétiser les engagements pris lors de ces événements préparatoires. L’élaboration, le développement et la coordination d’actions visant à augmenter la performance des entreprises, en particulier dans les secteurs synonymes d’atouts pour le dynamisme local, figurent parmi les travaux à réaliser. L’association doit construire un plan des actions mises en œuvre par les CCI.

 

Les pôles de compétences, les associations, les différentes filières, et plus largement les partenaires territoriaux en charge de l’accompagnement des entreprises, doivent être impliqués dans ces démarches. 6 thématiques sectorielles sont visées en particulier : la mobilité, l’aéronautique et l’aérospatiale, l’économie circulaire, la multimodalité, le tourisme, et les smart grids énergétiques. Celles-ci sont censées être mises en rapport avec d’autres thématiques plus transversales que sont les compétences humaines et la formation, l’innovation et les synergies territoriales entre les grandes entreprises, d’une part, et les PME et start-ups, d’autre part.

« Cultiver les atouts en lien avec l’Île-de-France est un point primordial. Ce travail ciblé apportera du dynamisme et facilitera les implantations locales », estime Jean-Pierre Desormeaux. À noter que le territoire de Paris Seine Normandie recèle 14 000 hectares de réserves foncières pour des implantations industrielles et logistiques. Par ailleurs, il révèle un tissu de partenaires potentiels très dense, avec près d’un million d’établissements, soit 25 % des acteurs présents en France.