Afin de développer l’efficacité de la chambre consulaire du Loir-et-Cher, la CCI a signé par l’intermédiaire de son président Yvan Saumet le 23 avril dernier à Blois, un partenariat avec Agglopolys.

«Nous avons trop longtemps travaillé les uns sans les autres sans mettre en place de synergie !» c’est avec ces mots que Yvan Saumet a ouvert l’Assemblée générale qui s’est tenue ce lundi avant de signer une convention cadre avec Agglopolys (la communauté d’agglomération de Blois), celle-ci sera suivi par une convention avec la communauté d’agglomération Territoires Vendômois. «Il est temps de travailler ensemble à chaque fois que c’est possible» selon le président de la CCI Loir-et-Cher.

Christophe Degruelle, le président d’Agglopolys était présent pour signer et montrer aux élus de la CCI le travail et le fonctionnement de la communauté d’agglomération de Blois. Son président déclare ainsi : «Notre mission développement économique et territorial est une petite équipe à l’esprit commando.»

Les élus ont, eux, des liens de proximité avec les entreprises pour connaitre au mieux les besoins d’aménagement, les postes à pourvoir ou les projets à développer pour les aider concrètement dans leur développement. «Nous portons un diagnostic et une vision du territoire qui s’appuie sur trois piliers : l’aménagement du territoire, les relations aux entreprises et les ressources humaines et compétences» selon Christophe Degruelle.

Les entreprises réclament une nouvelle sortie d’autoroute pour accéder à Blois

Le président Degruelle a aussi insisté sur l’attractivité du territoire qui est à proximité de la région parisienne en expliquant comment les équipements devaient être productifs et structurants, et les impôts le moins lourd possible afin de séduire chefs d’entreprises, cadres ou encore entrepreneurs souhaitant s’implanter dans la région.

Gérard Leroi, président des cédants et reprenants explique qu’«être attractif pour une entreprise, ce n’est pas être massacré par les impôts […] La tranche de biens immobiliers qui correspond aux cadres ne se vend plus à Blois : il y a un problème.» Christophe Degruelle a, lui, expliqué que le taux d’imposition n’avait pas augmenté en 6 ans à Blois mais que ce pari ne montrera ses résultats qu’au fil des années.

Yvan Saumet accompagné du président du Medef de Loir-et-Cher, Paul Seignolle, a ainsi posé la question de l’utilisation de l’argent public et a réaffirmé la volonté des entreprises de Blois d’avoir une seconde sortie d’autoroute les rapprochant plus rapidement des voies de circulations principales.