Alain Brugalières, le président de la CCI Lot-et-Garonne, qui a pris la précaution de préciser que «rien n’était encore acté», sait que la décision est entre les mains de l’exécutif et du Sénat qui rendront leurs avis définitifs en décembre.

«On est passé dans le passé d’un montant de taxe de 1,5 milliard d’euros à 850 millions d’euros. Et la crainte, c’est ce que le ministre de l’économie a annoncé, c’est une diminution supplémentaire, de l’ordre de 17 % qui ferait baisser la montant de la taxe à 750 voire 700 millions d’euros» selon Alain Brugalières.

Le budget de la CCI passerait à 2,7 millions d’euros, de quoi plomber les futurs projets de la chambre

Le budget actuel de la chambre tourne autour de 3,2 millions d’euros, avec cette baisse de taxes, le budget de la CCI pourrait tomber à 2,7 millions annuels selon son président. Une telle baisse forcerait ainsi à revoir entièrement la gestion de la chambre consulaire qui est actuellement «gérée de manière exemplaire» d’après Alain Brugalières.

Conséquence de ces futurs baisses, certaines chambres qui sont déjà au bord du gouffre ont décidé de revendre leurs locaux comme la CCI Touraine ou la CCI de l’Essonne, rien de similaire n’est pour le moment prévu par la CCI Lot-et-Garonne mais cette baisse de taxe entrainera des contraintes certaines pour toutes les CCI.

La CCI a déjà dû licencier 8 collaborateurs après une précédente baisse

La CCI Lot-et-Garonne avait déjà dû faire face à une première baisse de charge récente, licencier 8 salariés et réduire drastiquement la contribution de la CCI pour le Syndicat Mixte de l’Aéroport d’Agen-La-Garenne (entre 200.000 et 300.000€).

«Les marges de manœuvres ? On a un fond de roulement correct à 2-3 mois, aprés… On est encore dans la théorie tant que le Sénat n’a rien voté. Mais on n’a pas de grandes marges de manœuvres : les frais personnel il faudra voir et puis il nous faudra vendre davantage de prestations. C’est assez déprimant d’avoir à gérer un budget dans ces conditions. On parle de 500.000 €, c’est en théorie. On peut aussi espérer une redistribution un peu différente des fonds au titre de la ZRR, (zones de revitalisation rurale)» conclut Alain Brugalières.

La CCI Lot-et-Garonne a un budget composé à 75% du reversement par l’État de la Taxe pour les frais de chambre réglés par les entreprises, et pour 25% par ses propres recettes.