CCI Nice Côte d’Azur – Cap sur les réseaux énergétiques intelligents

13
1eq70h
La CCI Nice Côte d’Azur établit les bases d’un projet global en faveur d’une gestion plus dynamique et intelligente des réseaux énergétiques du territoire.

 

Améliorer l’efficacité énergétique et optimiser les consommations. Tels sont les objectifs des réseaux électriques intelligents (« smarts grids ») déployés actuellement en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est la CCI de Nice Côte d’Azur qui pilote ce vaste projet destiné à utiliser les nouvelles technologies pour planifier et mieux gérer les consommations d’énergie. Dès 2010, elle avait affiché sa volonté de prendre part aux enjeux relatifs au passage à une nouvelle manière d’utiliser l’énergie. Soucieuse d’encadrer cette démarche, la Chambre a dirigé la création d’une charte Smart Grid Côte d’Azur présentée il y a quelques semaines.

Celle-ci prévoit les fonctionnalités « smart grids » à intégrer dans les futurs bâtiments des quartiers de l’Eco-Vallée de la Plaine du Var, un territoire regroupant plus de 10 000 entreprises et qui emploie environ 60 000 personnes.

 

Au-delà de l’encadrement énergétique de ce poumon économique du sud-est français, la charte explique que les mêmes principes d’efficacité peuvent s’appliquer au niveau d’une ville, d’une métropole ou d’un département. L’application des principes édictés doit se traduire par l’intégration d’un haut niveau de production d’énergies renouvelables et de dispositifs de stockage d’énergie, ainsi que la gestion de la recharge et de la décharge des véhicules électriques sur le territoire, l’implication du consommateur en tant que « consom’acteur », et la définition de ces critères dans le cahiers des charges des aménageurs, quels qu’ils soient.

 

Le développement des « smart grids » est synonyme de fort potentiel d’expansion économique de cette région. De nombreux grands groupes comme Cisco ou EDF se montrent soucieux de s’impliquer dans ce type de démarche, ainsi que de multiples PME dont la croissance verte est un fer de lance. « Autour de ces entreprises gravitent des organisations de recherche focalisées sur les solutions technologiques et énergétiques innovantes, comme l’INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique), l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), ou encore les laboratoires de l’école des Mines et du CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) », rappelle Jean-Christophe Clément, expert Energie de la direction Entreprise et Territoire de la CCI Nice Côte d’Azur. La notion de « consomm’acteurs », dont le but est d’impliquer le client dans cette démarche d’optimisation de l’énergie, sera dans les années à venir un axe de développement majeur du démonstrateur français « Nice Grid », développé localement par ERDF à Carros dans les Alpes-Maritimes.

 

 

En fonction des niveaux de consommation électrique anticipés d’un jour sur l’autre, les clients seront invités de façon dynamique à décaler certains usages à certaines heures de la journée grâce à des informations disponibles en temps réel sur les utilisations énergétiques. Avec les informations qu’ils mettent à disposition, les compteurs communiquants forment aussi un élément d’avenir visant à transformer les consommateurs en consomm’acteurs.

 

Cette orientation vers une gestion toujours plus intelligente de l’énergie répond à un contexte local particulier. En 1950, on dénombrait 94 millions d’habitants dans les 21 plus grandes villes du bassin méditerranéen. Ils seront 378 millions en 2025. 87 % de l’énergie consommée localement est d’origine fossile. « Dans le département des Alpes-Maritimes, l’énergie est un sujet important pour plusieurs raisons. Elle représente une facture de 60 milliards d’euros et 5 à 10 % du chiffre d’affaires des entreprises est consacré à l’énergie.

C’est une donnée importante dans le contexte de crise actuel, d’autant que le prix de l’électricité doit augmenter de 30 % dans les 5 prochaines années. C’est pourquoi les élus locaux ont sollicité la création d’une équipe Energie au sein de la CCI Nice Côte d’azur », explique Jean-Christophe Clément. Le département se trouve par ailleurs en situation de fragilité sur le plan de l’alimentation électrique. Il est uniquement alimenté par une seule ligne à 400 kV et se situe en bout de réseau, isolé par 200 kilomètres de forêts, avec la mer au sud, des montagnes au nord et une frontière administrative du côté Est.

 

À noter aussi que le territoire des Alpes-Maritimes importe 90 % de sa consommation d’électricité. À l’inverse, le département voisin des Alpes de Haute-Provence produit deux fois plus d’énergie que ce qu’il consomme grâce aux solutions hydrauliques et photovoltaïques.