CCI Toulouse : définir les leviers de la croissance de demain

33
Image%2017
À la suite d’une vaste étude de terrain, la CCI de Toulouse décrit les axes de développement à soutenir pour garantir l’essor industriel futur du territoire.

 

On connaissait déjà les activités aéronautiques et spatiales comme locomotive économique de la région Midi-Pyrénées, à l’heure actuelle et au cours des décennies précédentes. Mais qu’en est-il de l’avenir ? Pour la CCI de Toulouse, les nutraceutiques, l’e-santé appliquée au maintien à domicile ou encore les dispositifs médicaux relatifs au cancer et à la cardiologie figurent parmi les sources de croissance de demain. Des domaines d’activité cibles (DAC) décrits par la Chambre comme des forces économiques locales à soutenir dans un rapport publié ce printemps 2013 à la suite d’une vaste enquête sur les dynamiques locales.

« Au moment où la plupart des Français se posent des questions sur l’avenir de notre économie, nous avons souhaité lancer une réflexion de fond sur ce thème afin de trouver des réponses constructives et positives pour notre futur. Au-delà d’un simple état des lieux, ce travail vise à proposer des pistes de progrès concrètes », explique Alain Di Crescenzo, président de la CCI de Toulouse.

 

 

L’étude consistait à réaliser aussi bien un diagnostic des grands capitaux d’attractivité du territoire qu’un diagnostic des filières qui nourrissent actuellement le tissu industriel toulousain. Le diagnostic par capital d’attractivité a permis de mettre en lumière certains paradoxes de la réalité industrielle d’aujourd’hui. Sur le plan de l’aéronautique, la formidable santé du secteur voit les carnets de commande s’envoler et apporte des prévisions très optimistes à long terme. Pour autant, cet essor reste difficile à absorber par le tissu des fournisseurs et sous-traitants.

 

La dépendance sectorielle conduit ces acteurs à éprouver des difficultés de croissance et de diversification des activités. Le diagnostic par filière a parallèlement révélé une douzaine de domaines à fort potentiel. L’aéronautique, le secteur spatial, la santé et l’agroalimentaire brillent par leur maturité et leur caractère structurant. Ils sont accompagnés par les filières traditionnelles et historiques que sont l’automobile, la logistique et le textile. Enfin, d’autres domaines concentrent de grands espoirs même s’ils présentent un degré de maturité moindre. Il s’agit des systèmes embarqués, des applications à destination de l’industrie spatiale, des éco-bâtiments, des industries culturelles et créatives.

Ces filières présentent la particularité de relever de dynamiques collectives impliquant différents types d’acteurs positionnés sur des marchés en croissance.

 

« À la suite de ces constats, nous remarquons que les opportunités régionales de demain se trouvent à l’intersection des savoir-faire d’aujourd’hui. Nous avons étudié toutes les filières synonymes de fort potentiels pour notre région. Celles-ci ont été croisées avec des filières supports comme les technologies de l’information, les financements ou les systèmes embarqués, et c’est cette démarche qui nous conduit à l’identification de 10 DAC qui représentent les moteurs de l’avenir », indique Alain Di Cresenzo.

 

Ces DAC sont la mobilité durable et intelligente, l’e-santé appliquée au maintien à domicile des personnes âgées, les dispositifs médicaux appliqués au cancer et à la cardiologie, les nutraceutiques et les aliments santé, la ville intelligente et durable, le transmedia et les contenus numériques, l’agriculture durable et précise, les applications spatiales, la défense, l’ingénierie et la conception numériques. « Autour de ces domaines d’activité cibles doivent pouvoir graviter des éco-systèmes de recherche afin de développer au mieux ces marchés prometteurs. La plupart d’entre eux impliquent directement les nouvelles technologies ou le numérique. Ils peuvent abriter de très nombreuses start-ups très attractives », précise Alain Di Crescenzo. « Les synergies entre TPE, PME et grands groupes contribueront aussi au succès de cette vision d’avenir. »

 

Cette liste a vocation à être resserrée pour aboutir à une définition plus affinée. Les domaines décrits devront faire l’objet d’un programme adapté de développement accéléré dans le but de favoriser la diversification des activités sur le territoire. « Il s’agit de soutenir l’émergence de nouveaux champions », mentionne le rapport de la Chambre. La CCI exhorte également le gouvernement à soutenir le même type de démarche dans les autres régions françaises afin de mieux garantir l’essor des potentiels à l’échelle locale.