CCI Val-de-Marne : des mesures pour le maintien du tissu industriel

30

Les résultats de l’enquête menée par la CCI Val-de-Marne en avril-mai 2014 auprès d’entreprises industrielles et de la construction dans le Val-de-Marne témoignent de la nécessité d’agir pour maintenir dans ce domaine l’investissement privé à l’heure où l’investissement public décline.

Des petites entreprises en quête de meilleurs locaux

Très implantées hors zone d’activité ou zone industrielle – dans le nord du département pour l’industrie et de façon plus diffuse pour la construction – 55% des entreprises interrogées souhaiteraient pour autant y être implantées. Elles occupent majoritairement des locaux ayant une surface entre 150 m2 et 1 500 m2. Si 3 dirigeants sur 5 sont satisfaits de leurs locaux, 2 sur 5 possèdent des locaux inadaptés envisageant ainsi de déménager. Si le Val-de-Marne fait partie des territoires cibles, 1 dirigeant sur 5 cite également une localisation hors Ile-de-France pour un meilleur rapport-qualité prix et 3 sur 5 font remarquer que leur activité pourrait s’exercer sur un autre département de Paris Petite Couronne.

Proximité avec le domicile du dirigeant, opportunité foncière ou locative, rachat d’entreprise : autant de raisons d’implantation en Val-de-Marne. Si 75% des dirigeants implantés avant 2010 avaient trouvé facilement un local, serait-ce le cas encore aujourd’hui ? L’idéal pour eux, serait de trouver un local mixte. Nombreux pensent que les activités de direction/marketing et commercial /vente auront plus de chances de rester en Val-de-Marne. Faut-il y voir une inquiétude sur la possibilité de maintenir en zone dense l’activité productive dans le futur proche ?

Une analyse partagée du territoire des grands acteurs économiques

4 grands comptes ont été rencontrés représentant plus de 4 000 salariés. Implantés historiquement dans le Val-de-Marne avec des fonctions purement productives, certains ont évolué vers des fonctions de R&D entraînant une qualification accrue d’une partie du personnel. De nombreux investissement ont été réalisés tant du point de vue immobilier que des outils de production (+ 25 millions d’euros chaque année).

La CCI Val-de-Marne tire la sonnette d’alarme sur la réglementation, qui ne doit pas freiner le développement de l’entreprise y compris en zone dense, sur la desserte par les transports en commun souvent jugée insuffisante et sur une desserte routière trop souvent embouteillée. Les entreprises manifestent par conséquent des attentes fortes vis-à-vis du Grand Paris Express dont les lignes 14 et 15 vont traverser le département.

De nombreuses actions pour favoriser le maintien des activités industrielles

Face à ce constat, la CCI Val-de-Marne préconise de nombreuses actions qui visent à favoriser le maintien des activités industrielles dans la zone dense :

• L’importance de la qualité de l’environnement urbain pour les entreprises.

La CCI Val-de-Marne préconise de développer une desserte de qualité tous modes de transport dans les zones occupées par les entreprises et d’intégrer l’accès livraisons dans la conception ou la révision des opérations d’aménagement. Elle souhaite que des parkings relais soient développés aux abords des gares. Il s’agit également d’agir sur les services dans et aux abords des sites d’activités tout comme de réfléchir aux nouvelles formes de mixité urbaine permettant l’insertion d’entreprises industrielles dans le diffus avec les aménités nécessaires.

• Le foncier et l’immobilier au cœur du maintien et du développement de l’activité industrielle

La CCI Val-de-Marne souligne qu’il est primordial que les PLU favorisent le maintien, voire le développement de foncier destiné aux activités de l’industrie et de la construction, d’adapter les outils réglementaires afin de favoriser la sanctuarisation du foncier dédié à l’activité et de favoriser la construction d’immobilier d’activité neuf sur les terrains contraints. Elle rappelle qu’en 2013 une loi a été votée permettant la cession par l’Etat de parcelles avec une décote pouvant atteindre 100 % afin de construire des logements sociaux. La même procédure pourrait être mise en place pour la construction de locaux d’activités et le développement de formes innovantes d’immobilier avec des outils et des services mutualisés notamment. Elle insiste d’une part, sur la nécessité d’émergence d’une offre de locaux proposant des cellules de 150 à 1 500 m2 adaptées aux activités de production et permettant des livraisons camions, ainsi que la création de parcours immobilier adaptés et d’autre part, sur la nécessité de construire des logements intermédiaires.

• L’inadéquation entre formation et profil de main d’œuvre

2 dirigeants sur 3 signalent de grandes difficultés à trouver une main d’œuvre adaptée aux besoins. La CCI Val-de-Marne prône la nécessaire valorisation des métiers de l’industrie et de la construction afin de favoriser ces choix d’orientation en formation initiale ou continue ainsi que par la voie de l’apprentissage.

• La vigilance auprès du législateur Afin de faciliter l’implantation des entreprises en zone dense, la CCI Val-de-Marne préconise l’adaptation de l’application de la législation dans ces zones.

Tenant compte de cette enquête, Gérard Delmas, Président de la CCI Val-de-Marne, précise « que la CCI Val- de-Marne concentrera son énergie pour favoriser le maintien du tissu industriel dans le Val-de-Marne mais que c’est avant tout un travail commun qui doit mobiliser tous les acteurs économiques parmi lesquels les entreprises qui doivent être associées à l’avenir des territoires ».

Les résultats détaillés de cette enquête et les préconisations de la CCI Val-de-Marne sont disponibles sur le site www.cci94.fr.

 

commerce international, actu-cci.com