Chambres de commerce européenne: zoom sur quelques bonnes pratiques en matière d’emploi

36

cciemploi_mars10

Mentoring für Migrantinnen (« Un tutorat pour les immigrés ») a pour objectif d’insérer des immigrés qualifiés sur le marché du travail autrichien. Selon une étude de l’OCDE, l’Autriche a un taux de qualification des immigrés (11,3 %) parmi les plus faibles de l’ensemble des pays membres de l’organisation. « Et ceux qui sont qualifiés ont une connaissance limitée du marché du travail national et ne disposent pas de réseaux professionnels, analyse Margit Kreuzhuber, en charge des questions d’immigration et d’intégration à la Chambre économique fédérale d’Autriche. Mais ce fossé doit être comblé dans la mesure où ces populations présentent un grand intérêt pour les entreprises : elles sont qualifiées et parlent une langue étrangère. » Car de l’autre côté, les entreprises qui souhaitent se développer à l’international rencontrent des difficultés à trouver les bonnes personnes. Le programme a donc retenu le principe suivant : des membres d’entreprises jouent le rôle de tuteurs des immigrés impliqués. « Nous essayons de faire correspondre le participant au projet d’internationalisation de l’entreprise », précise Margit Kreuzhuber.

 

La Chambre économique fédérale d’Autriche est en charge du financement du projet, de sa promotion, de la sélection des tuteurs et des formations pour les participants. En un an, plus de 200 contrats de tutorat ont été concrétisés. Les tuteurs se trouvent pour moitié dans des grandes entreprises et pour moitié dans des PME. « Environ 40 % des participants ont été intégrés sur le marché du travail, se félicite Margit Kreuzhuber. En outre, même au début, nous n’avons eu aucun mal à recruter des tuteurs. Et 72 % d’entre eux déclarent avoir bénéficié de ce programme, mettant notamment en avant la prise de conscience des conditions de vie des immigrés et des barrières qu’ils rencontrent dans leur insertion. » La Chambre de commerce de Pologne a quant à elle mis en place, avec la Warsaw School of Economics et 16 centres régionaux de formation et de conseil (12 chambres et 4 instituts de formation), un programme à destination des femmes sans emploi afin de leur apporter de nouvelles qualifications et de les aider à créer leur propre entreprise. Car les inégalités entre les sexes en termes d’emploi sont manifestes ; en 2008, seulement 52,4 % des femmes contre 66,3 % des hommes avaient un emploi en Pologne. Avec un budget de 10 millions d’euros – financé par le gouvernement polonais et le Fonds social européen –, cette initiative s’est concrétisée depuis 2006 par 262 sessions de formation de 12 jours chacune qui ont concerné 6 500 femmes et mené à 2 000 créations d’entreprises. Ces entrepreneuses ont par ailleurs reçu une bourse pour le lancement de leur affaire, et celles qui ont choisi d’adhérer aux chambres ont pu bénéficier de services de conseil individuel gratuits durant les trois premiers mois de leur activité.

 

Enfin, dans le nord-ouest de l’Angleterre, non loin de Liverpool, la Chambre de commerce de St Helens gère depuis 2001 un centre d’information, de conseil, d’orientation et d’évaluation professionnels. Doté de ses propres locaux en centre-ville et d’une équipe mobile de plus de 30 personnes, financé par des fonds européens, nationaux et locaux, Starting Point vise à maintenir les habitants sur le marché du travail quel que soit leur âge, leur sexe, leur origine ethnique ou leur niveau d’éducation. Les services mis à leur disposition : des formations, des bilans de compétences, des ateliers de développement personnel, des aides à la rédaction d’un CV ou encore des préparations à un entretien d’embauche. « Contrairement à une agence pour l’emploi, tous nos services sont gratuits et nous livrons des conseils beaucoup plus objectifs, souligne Joanna Boley, coordinatrice de Starting Point à la Chambre de commerce de St Helens. Car même si nous organisons des foires pour l’emploi, nous ne cherchons jamais à attribuer à tout prix des offres d’emplois vacants à des personnes qui ne correspondent pas au profil. » Starting Point se veut en effet un service unique dans le paysage des initiatives en faveur de l’emploi. « La Chambre de St Helens a une approche très différente de ce qui se fait ailleurs, explique Joanna Boley. Nous considérons en effet que notre mission consiste à soutenir l’ensemble de la communauté, et pas seulement les entreprises. C’est cette approche qui nous a en grande partie valu le prix de Chamber of the Year 2007 au Royaume-Uni. » Pour preuve de son succès, quelque 2 000 personnes ont franchi les portes du bâtiment de Starting Point en janvier 2010. « Nous menons beaucoup d’évaluations et les retours sont très positifs, confie Joanna Boley. Un grand nombre de personnes retrouvent un emploi. Sans compter ceux qui reprennent confiance en eux grâce à notre action, ce qui est difficilement mesurable… »

 

AUSTRIA:
Mentoring for Migrants (Mentoring für Migrantinnen)
Austrian Federal Economic Chamber
http://portal.wko.at/


POLAND:
New Qualifications, Employment and Entrepreneurship for Unemployed Women
Polish Chamber of Commerce
www.kig.pl

 

UNITED KINGDOM:
Starting Point
St Helens Chamber
www.sthelenschamber.com