Grande consultation des entrepreneurs : une croissance et un moral soutenus

    9

     

    Pour la première fois depuis 2009, le chômage est passé en France sous la barre des 9 %. Une baisse du nombre des demandeurs d’emplois que les prévisionnistes n’avaient pas anticipée à un tel niveau comme ils n’avaient pas non plus envisagé la progression importante des créations d’emplois (253 000 emplois créés l’an passé). Des indicateurs économiques dont les effets se ressentent dans la dernière enquête du baromètre « la grande consultation CCI France/La Tribune/Europe1 » réalisée en février 2018  par Opinion Way (1). Après un début d’année quasiment « euphorique » (voir les résultats du sondage de janvier), le moral des chefs d’entreprise reste très bien orienté.

     

    A preuve, l’indicateur d’optimisme qui mesure le niveau de confiance à l’égard de l’évolution de l’économie et l’appréciation de la situation actuelle a progressé encore de deux points en février (à 123), soit le deuxième plus haut score enregistré depuis la création du baromètre en 2015. Autre signe du bon moral des dirigeants d’entreprise, ils sont 48% (+1 point par rapport à janvier) à considérer que « c’est très bien en ce moment ».

     

     

    A regarder de plus près l’état d’esprit actuel des sondés, le sentiment de confiance l’emporte toujours devant l’optimisme. Mais si le premier est en progression de 5 points (à 42 %) le second est en recul de 10 points (à 35 %).

    Des tendances qui peuvent être éclairées par les avis des dirigeants d’entreprise sur l’avenir (perspectives sur un an) de leur entreprise (en baisse de 3 points), de l’économie française (en recul de 6 %) et de l’économie mondiale (un bond de 11 points en un mois).

    Les nouvelles encourageantes et concordantes de la reprise économique mondiale peuvent sans doute expliquer le regain de confiance des patrons français qui en attendent des effets bénéfiques à terme pour l’économie française et la santé de leur entreprise.

     

     

    C’est pour profiter de cette reprise et pour donner aux entreprises les moyens d’innover plus, de grandir et donc, par voie de conséquence, de créer des emplois qu’a été mis en chantier par le Gouvernement le Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises (PACTE)., Après des travaux préparatoires ayant permis d’identifier 31 mesures (2) et avant le projet de loi qui sera rédigé en avril, le Ministère de l’Economie et des Finances a lancé une consultation du 15 janvier au 5 février. Sur la plateforme en ligne , 7 778 personnes ont participé en déposant près de 13 000 contributions et 63 683 votes. Interrogés sur cette méthode, les chefs d’entreprise approuvent à 64 % le principe de cette consultation publique et numérique contre 36 % manifestant leur réserve (les commerçants sont de loin les moins enthousiastes).

     

     

     

     

    Sondés sur trois mesures soumises à avis, les dirigeants d’entreprise se déclarent, très fortement (95 %), partisans de mieux identifier les entreprises en difficulté pour mieux les accompagner. Ils sont aussi favorables (86 % d’avis positifs) à la possibilité pour les salariés de pouvoir transformer leur crédit en heures du Compte Personnel de Formation (par nature dédié à l’acquisition de compétences) pour développer une innovation (un droit ou un compte innovation ont été proposés par les internautes sur la plateforme à cet effet). Pareillement, 71 % des dirigeants d’entreprise approuvent une adaptation des dispositions fiscales destinées à promouvoir l’adhésion à un organisme de gestion agréé.

     

    Entamant sa réforme des parcours professionnels, le Gouvernement s’est attaqué au dossier de l’apprentissage avant de traiter dans la foulée les questions de la formation professionnelle et de l’assurance chômage. La réforme qui vise la transformation de l’apprentissage envisage un certain nombre de changements portant sur la gouvernance, le financement, le statut de l’apprenti et les incitations et garanties pour les entreprises.

    Les chefs d’entreprise ayant recruté des apprentis ont été questionnés sur la procédure d’enregistrement des contrats d’apprentissage. Ils donnent majoritairement un satisfecit très net à la procédure actuelle que le Ministère du travail envisage de réformer. 86 % des dirigeants l’estime satisfaisante, sécurisante (85%) et qu’elle permet d’éviter de commettre des erreurs (80%) quand seulement 41% la trouve trop complexe et 3% inutile.

     

     

     

    Engagés dans l’accueil de jeunes en apprentissage et donc mobilisant pour ce faire une partie du temps de travail d’un collaborateur dans l’entreprise pour les encadrer, les dirigeants interrogés sur les aides permettant d’améliorer cette fonction tutorale placent en tête l’instauration d’une formation reconnue destinée à valoriser les compétences des maîtres d’apprentissage (pour près de la moitié des répondants) et un accompagnement sur mesure (46 % des avis exprimés) devant des mesures pour faciliter les échanges avec le référent pédagogique du jeune en CFA (30% des opinions). Des réponses qui intéressent et interpellent le réseau des CCI qui a mis en place un dispositif de formation et de certification des tuteurs et maîtres d’apprentissage « tuteur pro » visant à valoriser cette mission d’accompagnement, élément essentiel de l’intégration de l’apprenti dans l’entreprise.

     

     

     

     

    A découvrir l’intégralité des résultats de la vague de février 2018 de la Grande Consultation des Entrepreneurs

     

    (1) Sondage Opinionway réalisé par téléphone auprès de 603 dirigeants  d’entreprise entre le 12 et le 16 février 2018 dans le cadre de la Grande Consultation des entrepreneurs. 

    (2) 31 mesures dans six thématiques : « création, croissance, transmission et rebond », « partage de la valeur et engagement sociétal des entreprises », « Financement », « Numérisation et innovation», « Simplification», «Conquête de l’international ».

     

     

    GRANDE CONSULTATION

    CHEFS D’ENTREPRISE : VOTRE AVIS NOUS INTERESSE

    Exprimez-vous ! CCI France invite tous les entrepreneurs qui le souhaitent à donner leur avis sur des sujets d’actualité qui concernent directement leur activité. Des sujets de questionnements que nous vous proposons mais aussi des thématiques que vous souhaitez voir aborder.

    En savoir plus et participer à cette grande consultation