Rapport du conseil d’orientation des infrastructures : penser les transports, repenser les mobilités

    0

    Les mobilités du quotidien, titre du rapport du conseil d’orientation des infrastructures, en constituent également le fil conducteur. Autrement dit, « les infrastructures sont un outil au service des mobilités ». C’est dans cette optique qu’ont été identifiés par les rapporteurs trois enjeux majeurs – la transition écologique et énergétique, les nouvelles mobilités et la logistique – devant dicter les priorités d’investissement en matière de développement d’infrastructures ferroviaires, routières, fluviales et portuaires sur le territoire national pour les vingt ans à venir.

    A l’horizon des dix prochaines années, le rapport préconise de mettre tout d’abord l’accent sur quatre actions :

    • Améliorer la qualité de service des réseaux et en assurer la pérennité (modernisation des réseaux routier et fluvial)
    • développer la performance des transports en ville et y lutter contre la congestion routière et la pollution
    • réduire les inégalités territoriales en assurant de meilleurs accès pour les villes moyennes et en tenant compte des besoins spécifiques des Outre-mer
    • se doter d’infrastructures et de services de fret performants au service de l’économie française ettransporter les marchandises sur le mode le plus pertinent.

    Dans le cadre des ateliers décentralisés organisés avec les acteurs du développement des territoires pour l’élaboration de ce rapport, plusieurs CCI (Nice, Var, Limoges et Haute-Vienne) ont été auditionnées sur des projets d’infrastructures régionaux.

    Mais le réseau des CCI a aussi contribué nationalement aux assises de la mobilité qui se sont déroulées fin 2017 (travaux là aussi préparatoires à la loi d’orientation éponyme) pour faire entendre les préoccupations et attentes des entreprises.  Au chapitre des propositions, le réseau a publié un cahier d’acteur précisant les axes sur lesquels les acteurs économiques pourraient être mobilisés (organisation territoriale des mobilités et plans de mobilités d’entreprise tout particulièrement). Et de plaider aussi pour une autre approche de la mobilité centrée sur les activités et non prioritairement sur les modes de transport pour en faire un levier de développement et de performance de l’entreprise en se fondant pour cela sur les enseignements de l’expérimentation « Booster de Mobilité Active » (BMA) conduite en Bretagne.

    http://www.cci.fr/web/presse/actualite-fiche/-/asset_publisher/9FDf/content/actu-:-rapport-du-conseil-d’orientation-des-infrastructures-:-penser-les-transports-repenser-les-mobilites