Des astuces pour se former toute la vie à l’université de Lyon 1

31

formation_juil09

La nécessité de proposer des formations continues et en alternance est rapidement entrée dans les consciences à l’université Claude-Bernard Lyon 1. Il n’aura en effet fallu attendre que deux ans après la fondation officielle de l’université pour qu’y soit créé, en 1973, un Service de la formation continue. Une telle réactivité tient à son directeur, qui a beaucoup investi dans le développement du service et à la nature des filières proposées par l’université. Ces dernières sont au nombre de quatre : sciences (mathématiques, biologie, physique, chimie, sciences de la terre…), technologies, sport et santé. Depuis l’année dernière, l’Institut universitaire de formation des maîtres de Lyon (IUFM) et l’École de chimie, physique et électronique de Lyon (CPE Lyon) ont été rattachés à l’université Lyon 1.

 

Une mutualisation des moyens
Le Service de la formation continue et de l’alternance regroupe dans un seul bâtiment – la Maison Condorcet – la gestion comptable, financière et administrative ; il compte aussi quatre antennes de proximité réparties sur le campus : une en sciences, une en santé et deux pour les Instituts universitaires technologiques (IUT). L’IUT A (chimie, biologie, bâtiments et travaux publics, informatique…) et l’IUT B (génie mécanique, productique, systèmes industriels…) ont été les premiers en France à se regrouper. Grâce à des effectifs importants (30 salariés, soit 26 équivalents temps plein), le Service de la formation continue et de l’alternance de Lyon 1 peut se charger de toutes les tâches liées aux formations et aux stages en lien avec des publics très diversifiés.

 

Formations diplômantes…
« Nous accueillons des adultes en reprise d’études (salariés, demandeurs d’emploi,…) qui viennent suivre des formations… Le message est clair : on ne cesse jamais d’apprendre ! », rappelle Myriam Peronnet, qui possède la double casquette de vice-présidente déléguée à la formation continue et à l’alternance, et celle de directrice du service commun de la formation continue et de l’alternance. Les adultes viennent suivre des formations diplômantes ou non diplômantes. Les formations diplômantes (sous forme de cours du jour, cours du soir ou de formation à distance) regroupent les diplômes d’État que sont les DEUST (Diplômes d’études universitaires supérieures techniques), les licences (13), les licences professionnelles (45), les masters (professionnels ou de recherche), les doctorats, ainsi que les diplômes d’université (DU). Nombreux sont les diplômes créés en interne par l’université. L’offre globale est très large : pour le seul secteur de la santé, l’université Lyon 1 propose plus de 180 diplômes universitaires.

 

… et formations non diplômantes
Sous l’appellation de formations non diplômantes sont rassemblés les stages courts sur catalogue ou à la carte. Ces formations, qui durent en général entre un et cinq jours maximum et qui regroupent un nombre limité de personnes, sont soit inter-entreprises, soit intra-entreprise. Des ingénieurs de formation travaillent en partenariat avec les entreprises et des enseignants-chercheurs pour les aider à élaborer les contenus de ces formations. Le tarif de chaque formation dépend du nombre d’heures et est voté par le conseil d’administration de l’université. Le Service de la formation continue et de l’alternance étant en autofinancement, son budget doit être équilibré. L’an dernier, il s’est élevé à plus de 6,5 millions d’euros, soit une croissance de plus de 18 % par rapport à 2007.

 

Validation des acquis de l’expérience et alternance
Le nombre de stagiaires accueillis chaque année est pourtant stable – plus de 13 000 –, mais les formations gagnent en qualité. Au total, 39 % du chiffre d’affaires est réalisé par les formations du secteur de la santé (médecine, pharmacie, odontologie, paramédical, kinésithérapie…) et le reste se répartit entre les IUT (25 %), les sciences et le sport (36 %). Le Service de la formation continue se charge par ailleurs d’autres missions comme la gestion de la validation des acquis de l’expérience (VAE) et l’alternance. Très active dans ce dernier domaine, l’université Lyon 1 reçoit plus de 1 000 alternants par an en contrat d’apprentissage ou en contrat de professionnalisation. Près de 85 % des licences professionnelles et plus de 20 % des masters professionnels sont effectués en alternance. Ce dispositif accueille chaque année de plus en plus de candidats.

 

Des formations « transversales »
Le succès réel des formations continues et de l’alternance à l’université Lyon 1 suscite d’ambitieux projets au sein du service dédié : « Notre objectif pour les années à venir est double », explique Myriam Peronnet. « Nous devons, d’une part, nous faire mieux connaître en communiquant sur la qualité de nos formations et de notre recherche, et d’autre part inscrire la formation continue, c’est-à-dire tout au long de la vie, dans l’esprit européen. Nous pensons que la formation continue universitaire doit prendre sa place sur le marché de la formation continue. » Le développement du triptyque formation-recherche-entreprise passera donc par un rapprochement des partenaires socio-économiques. Attentive aux attentes de ces derniers, l’université Claude-Bernard Lyon 1 développe de plus en plus de formations continues « transversales » en commerce, en management, en langues étrangères, en gestion de projet et, enfin, en ressources humaines…

 

De plus amples informations sur le site Internet suivant : www.univ-lyon1.fr