Des solutions pour accélérer son développement par l’introduction en bourse

11
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmdlfndjfnzuwx2zpbguixsxbinailcj0ahvtyiisiji3mhgxmdawpijdxq
Photo : D.R.
À l’heure où la défiance menace les acteurs de la finance, Small Caps Finance se présente comme un intermédiaire de choix pour une introduction en bourse réussie.

« À l’heure où la défiance menace les acteurs de la finance, Small Caps Finance se présente comme un intermédiaire de choix pour une introduction en bourse réussie.onvaincre les petites PME d’entrer en bourse en cotation directe sur le marché libre d’Euronext Paris. » C’est ainsi que Bernardo Ruzziconi, directeur général de Small Caps Finance, résume la vocation de son entreprise. Forte de 10 années d’expérience, la société belge s’adresse à tout type d’organisation et à tous les investisseurs qualifiés, professionnels ou personnes privées. « Nous prenons de petites participations, toujours minoritaires, dans une multitude d’entreprises, ce qui permet de diversifier le risque pour notre groupe et de fournir aux dirigeants des sociétés clientes des fonds supplémentaires pour soutenir leurs projets. Lorsque la levée de fonds pour les entreprises s’avère difficile, comme c’est souvent le cas à l’heure actuelle, nous tentons de les convaincre d’intégrer le marché boursier », explique le directeur. Par ce biais, les sociétés ayant franchi le pas bénéficient d’une notoriété et d’une visibilité qu’il est complexe d’acquérir par d’autres moyens.
En avril dernier, Small Caps Finance a accompagné l’entrée en bourse sur le marché libre d’une société dont elle détient une participation de 30 %. Grâce à cette cotation, l’entreprise intéresse actuellement des investisseurs américains. L’opération n’est pas encore finalisée, mais devrait aboutir prochainement. Bernardo Ruzziconi cite l’exemple d’une autre société belge, spécialisée en pièces pour appareils du génie civil : « Il s’agit de la première entreprise que nous avions cotée sur la place de Paris en 2003. Après son introduction en bourse, elle a pris une dimension impressionnante. Elle a rapidement remis des devis de l’ordre de 500 000 euros alors qu’elle facturait auparavant des commandes pour 1 000 ou 2 000 euros. »
Les clients de Small Caps Finance peuvent être de toute taille, des très petites entreprises aux organisations de plus grande envergure. Au-delà de cet aspect, le dirigeant souligne l’importance de trois critères : la niche, la croissance et la rentabilité. « Nous souhaitons qu’au moins deux de ces critères soient vérifiés. Si la société se situe dans un marché de niche, mais qu’elle n’est pas encore rentable, nous essayons d’en faire une valeur de croissance. Si elle ne croît plus, mais qu’elle est positionnée dans une niche, notre but est de la transformer en valeur de rendement. Lorsque les trois conditions sont réunies, la situation est bien sûr idéale. » Pour une cotation directe sans levée de fonds, Small Caps Finance propose un forfait de 75 000 euros pour toutes les démarches à mener. L’intégralité des étapes nécessaires est alors prise en charge, de l’analyse des comptes et de la configuration juridique de l’entreprise aux modifications à apporter en passant par la recherche d’investisseurs ou la gestion de la communication relative à l’entrée en bourse. « Nous sommes entourés de tous les spécialistes juridiques, financiers et boursiers nécessaires aux opérations, et tenons à accompagner la mutation en restant aux côtés du client pour répondre à toutes ses interrogations et besoins », indique Bernardo Ruzziconi. Lorsqu’il y a une levée de fonds, la société propose le même forfait de 75 000 euros auquel s’ajoute une commission de 5 % sur les fonds levés. « Ce montant peut être amorti sur 5 ans, ce qui signifie qu’avec une incidence de seulement 15 000 euros par an sur le compte de résultats, une PME peut se retrouver sur NYSE Euronext, au même titre que les grandes multinationales », ajoute-t-il. En outre, l’introduction en bourse en cotation directe est un processus rapide, car Small Caps Finance n’a pas besoin de l’approbation de l’Autorité des marchés financiers français.
Le directeur insiste sur la volonté de son groupe de faire preuve d’une grande proximité à l’égard des clients, ainsi que d’une honnêteté intellectuelle qu’il est parfois difficile de trouver auprès des institutions financières d’une certaine taille. « Les dernières années, certains intermédiaires financiers ont quelque peu sali l’image de ce marché libre. Il est important de faire preuve de transparence et d’expliquer précisément l’opportunité qu’il peut représenter. L’âge d’or des PME est en train d’arriver. Toutes les autorités se rendent progressivement compte que les seuls véritables pourvoyeurs d’emplois sont les petites entreprises et qu’il est essentiel de leur permettre de se développer dans les meilleures conditions », confie-t-il. Dans un contexte où les États et les banques connaissent de grandes difficultés pour répondre aux besoins de financement, les intermédiaires financiers comme Small Caps Finance constituent des interlocuteurs pertinents pour aller de l’avant et doper sa capacité de croissance.