Détente à Canet-en-Roussillon

19

À quelques kilomètres seulement de la frontière espagnole, Canet-en-Roussillon offre quelques paysages exceptionnels, des Pyrénées majestueuses à la Méditerranée et ses plages de sable fin. Un séjour placé sous le signe de la détente s’annonce et, pour en pro-fiter au maximum, autant choisir ce qu’il y a de mieux en termes d’hébergement. Situé en bord de mer, l’hôtel 4-étoiles Les Flamants Roses offre confort et raffinement dans un cadre coloré. Les chambres de l’hôtel et les appartements de la résidence (pour des séjours plus longs) sont tous modernes et bien équipés.

 

Le grand point fort des Flamants Roses est son centre de thalassothérapie et spa. Pour des cures d’une demi-journée durant 6 ou 8 jours, les clients viennent profiter de la piscine, des jacuzzis, du sauna, du hammam et, bien sûr, d’une très vaste palette de soins. Parmi ceux-ci, on trouve des massages divers, des gommages, des enveloppements d’algues, de l’ostéopathie, des modelages, des drainages… L’établissement compte aussi trois restaurants, un espace forme et un salon de coiffure.

 

Un séjour à Canet-en-Roussillon ne saurait se limiter à un hôtel, si accueillant soit-il. Il est temps d’aller explorer les environs et notamment l’étang de Canet-Saint-Nazaire, un site de 2 000 hectares inscrit au réseau européen Natura 2 000. Ce trésor écologique de l’Archipel des Communes est la plus méridionale des lagunes méditerranéennes. Sa situation géographique privi-légiée sur l’axe migratoire Europe – Afrique, fait de l’étang de Canet-Saint-Nazaire un carrefour surprenant de nombreuses espèces.

 

En compagnie d’un guide, il est possible d’observer différentes sortes de plantes rares (orchis des marais, sérapias à petites fleurs, euphorbe du littoral, lys de mer, pourpier des marais…) et d’animaux : flamants roses, sternes naines, tritons marbrés, calamites, criquets des dunes, mantes religieuses, lézards verts, fourmilions, psammodromes des sables, rainettes méridionales… On dénombre in situ plus de 250 espèces dont 90 sont nicheuses. La colonie de flamants roses peut notamment atteindre les deux mille individus à la fin de l’été.

 

Autre haut lieu de préservation de la nature à Canet-en-Roussillon, l’arboretum du Centre catalan d’études pour l’agronomie méditerranéenne et l’environnement (CCEAME) existe depuis vingt ans. Sur 11 hectares, il accueille des végétaux des cinq continents adaptés au climat méditerranéen. Situé aux portes du Canet, entre la Salanque et le début des Aspres, l’arboretum occupe la partie haute du Mas Roussillon et regroupe plus de 200 espèces d’arbres et d’arbustes, dont 70 ont été plantés en février 2009.

 

Pour le reste, les visiteurs peuvent découvrir une collection de figuiers produisant 56 variétés de figues, des vergers en plaine qui bénéficient de la riche terre de la Salanque, une oliveraie produisant notamment des olives de bouche de variété « Lucques », ainsi qu’un jardin xérophyte. Ce dernier regroupe des plantes qui croissent dans des milieux secs et arides comme les cactées, liliacées, crassulacées, broméliacées, aloacées, agavacées, aizoacées… On y trouve beaucoup d’espèces dites succulentes, car elles emmagasinent des sucs qui leur servent de réserve afin de garantir leur survie.

 

Mais il ne faut pas se contenter d’admirer la nature à Canet-en-Roussillon. La déguster s’impose ! Dans un pays riche au plan gastronomique et œnologique, les touristes recherchent les lieux de fabrication des meilleurs produits. Au Château de l’Esparrou (bâti en 1890 par l’architecte danois Pedersen), un splendide vignoble s’étend sur un coteau d’argile et de galets roulés dominé par le massif du Canigou. Fondé en 1875, le vignoble de 53 hectares produit plus de 2 000 hectolitres par an, dont plus de la moitié en vin doux naturel.

 

Après s’être baladé dans les vignes avec un baladeur numérique (disponible en français, anglais ou allemand pour 4 euros, gratuit pour les enfants accompagnés) afin de connaître les secrets de fabrication des vins, il est bon de déguster gratuitement dans les chais et à la boutique quelques vins de cépage (muscat, chardonnay, rosé de cabernet, merlot, cabernet sauvignon), des côtes du roussillon (blanc, rouge, rosé) et bien sûr les vins doux naturels (rivesaltes ambré hors d’âge, rivesaltes tuilé hors d’âge, muscat de rivesaltes).

 

Après toutes ces visites, reste encore la plage (9 km de sable fin), le port de plaisance, les activités sportives (sorties en jet-ski, golf 27 trous de Saint-Cyprien, centre de natation Arlette-Franco, balades à vélo, pêche à la traîne…), l’aquarium du Canet et de ses espèces de poissons des cinq continents, de la grande fête médiévale qui a lieu dans les rues de la ville fin août début septembre… Le reste de l’année, ces rues de la vieille ville et le patrimoine qu’elles recèlent ne constituent pas le moindre atout de Canet-en-Roussillon.

 

En partant de l’église Saint-Jacques, à l’architecture gothique et au clocher en cayrou (brique rouge locale) bâti au XVe siècle, on traverse quelques ruelles au charme désuet avant d’arriver aux vestiges du château que des passionnés restaurent pierre après pierre. À la tombée de la nuit, il sera toujours temps de se diriger vers la rue de la soif pour boire un verre et/ou se restaurer, car les bonnes tables ne manquent pas, comme Le Carré (32, boulevard Cassanyes) et La Vigatane (2, Rue des Remparts).

 

De plus amples informations sont disponibles sur : www.cceame.over-blog.comwww.chateau-esparrou.com, www.hotel-flamants-roses.comwww.ot-canet.fr www.vigatane.com.