Didier Landaud, participant au programme HRTP: « une réelle immersion dans la vie japonaise »

23

comeu_dec09

Commerce International : Pourquoi vous êtes-vous inscrit au programme HRTP ?

 

Didier Landaud: « En 2002, le Japon était numéro 1 mondial dans le photovoltaïque. Nous venions de lever des fonds et étions à la recherche de clients ; or, le Japon comptait plus de la moitié des dix premiers fabricants de cellules au niveau mondial. Naturellement, je souhaitais donc apprendre à connaître ce pays et comprendre et parler quelques mots de japonais, de manière à pouvoir aborder mes clients potentiels. »

 

Une fois sur place, comment cela s’est-il passé ?

 

Didier Landaud: « Quand on ne connaît pas le Japon, y passer un mois est un peu effrayant au départ. Mais cela passe très vite ! Le programme HRTP est en effet rodé et fonctionne très bien : on nous donne un aperçu des grandes lignes de l’histoire et de la culture japonaises, des traditions du pays, de son économie, de ses pratiques commerciales… On visite également des entreprises dans différentes parties du Japon. Et en dehors des cours, comme nous étions logés dans des studios et non à l’hôtel, nous avons dû prendre le pli de la vie à Tokyo. En résumé, c’est durant un mois une réelle immersion dans la vie japonaise ! Sans compter qu’on rencontre aussi d’autres Européens et qu’on échange avec eux sur les façons de travailler. C’est très enrichissant. »

 

Que vous a apporté le programme HRTP pour votre activité au Japon ?

 

Didier Landaud: « J’ai appris qu’il fallait être patient dans les relations commerciales. En effet, le premier contrat ne se signe pas en quelques jours, même si, par la suite, on peut conclure un accord juste en se tapant dans la main ! Ce programme m’a aussi ouvert les portes du marché japonais, avec comme clients Sharp et Mitsubishi Electric qui ont compté pour 10 % de mon activité au départ et m’ont permis, grâce à leur renommée, de gagner d’autres clients européens. Sans le programme, cela aurait été plus compliqué. Aujourd’hui, le marché du photovoltaïque s’est déplacé du Japon vers la Chine, et notre activité commerciale a suivi. Mais nous sommes toujours en relation avec Mitsubishi Electric. »