Dossier Canada – Le Canada : un leader de l’industrie aéronautique

42
Seuls trois pays, les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, ont une production aéronautique supérieure à celle du Canada. « Mais pour combien de temps encore ? », telle est la question qui s’impose au regard de la concentration exceptionnelle d’entreprises canadiennes devenues leaders mondiaux dans ce secteur et du rythme soutenu des investissements, qui devrait se maintenir dans les prochaines années.

Le Canada devrait tirer les bénéfices des atouts essentiels développés au cours des dernières décennies et poursuivre son ascension dans ce classement. En 25 ans, la part du Canada dans la production aéronautique mondiale a triplé, avec une nette accélération dans les dix dernières années. Alors que les ventes canadiennes dans ce secteur ont doublé en l’espace d’une décennie, le succès des entreprises canadiennes sur les marchés étrangers ne se dément pas.

De remarquables atouts pour ce secteur
Avec environ 500 entreprises et près de 83 600 employés dans ce secteur, l’aéronautique est un point fort de l’économie canadienne. Tourné à plus de 80 % vers les exportations, ce secteur est très intégré au niveau international. Le Canada a conquis en l’espace de quelques décennies une position dominante dans plusieurs catégories de biens, dont par exemple les systèmes de conditionnement d’air pour les avions de transports ou les trains d’atterrissage pour gros-porteur, où le Canada représente à lui seul 60 % de la production mondiale.
Le Canada rassemble, en effet, des atouts essentiels pour le développement de ce secteur, notamment une remarquable infrastructure de R&D qui a largement bénéficié de la déduction totale des dépenses en biens de R&D et des crédits d’impôts. La main-d’œuvre canadienne s’est forgée une réputation internationale de grande compétitivité, l’agence canadienne en charge des investissements directs étrangers n’hésitant pas à la qualifier de « main d’œuvre la plus compétente de n’importe quel secteur national de l’aérospatiale dans le monde ». Cette affirmation est confortée par les efforts consentis par les Canadiens en matière d’éducation. Le Canada est le pays du G7 qui consacre le plus gros pourcentage de son PIB en éducation et l’enseignement scientifique fait l’objet d’une attention particulière.

De solides partenariats
Si les entreprises canadiennes rencontrent un tel succès à l’échelle internationale, c’est aussi en raison des partenariats qu’elles ont su nouer et du soutien de programmes gouvernementaux. En effet, les entreprises du secteur aérospatial bénéficient directement de la participation du Canada aux programmes de la NASA et de sa collaboration d’autant plus exceptionnelle avec l’Agence spatiale européenne qu’il est le seul pays non européen à coopérer avec cette agence.
Les programmes gouvernementaux ne sont pas en reste : pas moins de huit programmes ont notamment pour objectif de stimuler les partenariats entre les universités et l’industrie, d’assurer les risques de R&D, de financer et d’assurer les risques d’exportation.
Enfin, les multinationales canadiennes nouent aussi des partenariats avec des investisseurs étrangers, qui trouvent là l’occasion de s’allier à des firmes telles que Bombardier, le troisième plus important fabricant d’avions dans le monde.

Une « success story » canadienne : Bombardier
Employant plus de 80 000 personnes dans 24 pays, Bombardier est devenu le symbole de la réussite canadienne dans le secteur de l’aéronautique et des transports. En l’espace de dix ans, le groupe Bombardier s’est imposé comme un leader mondial grâce à une stratégie d’expansion horizontale de sa branche transport, puis de sa branche aéronautique, avec l’acquisition de Canadair, de De Havilland, de Short Brothers puis de Learjet. De 1992 à 2002, Bombardier a chaque année lancé ou modifié un appareil. Le développement de sa gamme semble à présent terminé puisque l’avionneur a décidé de ne pas se lancer dans la construction des  » 100 places  » qui l’aurait placé en concurrence directe avec les produits proposés par Boeing et Airbus.
Au cours de cette décennie, le chiffre d’affaires de l’entreprise a été multiplié par sept, la propulsant au rang de troisième avionneur du monde. Bombardier Aéronautique occupe ainsi 30 % du marché mondial des avions d’affaires et 42 % de celui des avions régionaux, une réussite qui n’a pas manqué de stimuler l’intérêt des investisseurs étrangers !