En Chine, les constructeurs automobiles allemands font la course en tête

16

Début février, une vingtaine de patrons allemands et le président de la Chambre de commerce et d’industrie allemande (DIHK), Hans Heinrich Driftmann, ont accompagné la Chancelière allemande, Angela Merkel, en Chine. Martin Winterkorn, le patron de Volkswagen et des représentants de la sous-traitance automobile notamment étaient du voyage. En 2011, l’Allemagne a enregistré davantage d’immatriculations en Chine que sur son propre sol. Un positionnement que les patrons d’outre-Rhin entendent bien conforter. Car, comme le remarque Ferdinand Duttenhöffer, le directeur du centre de recherche CAR-Center Automotive Research de l’Université de Duisbourg-Essen, “le marché chinois, insignifiant au début de la décennie, représentera un quart des véhicules vendus dans le monde en 2020, un tiers en 2025”.

 

Si les constructeurs allemands ont très vite compris l’intérêt du marché chinois, ils n’ont pas tardé à réaliser qu’ils ne pourraient pas contourner les obligations gouvernementales, à savoir l’obligation de joint-venture avec des constructeurs chinois. Une rapide compréhension du terrain dont ils récoltent déjà les fruits. BMW, allié à Brilliance et Daimler à BAIC (Beijing Automotive Industry Corporation), bien qu’encore sous-représenté en raison de son positionnement haut de gamme, est parvenu à doubler sa production en 2011, passant respectivement à 100 000 et 83 000 véhicules. Le premier constructeur étranger en Chine, Volkswagen, a, quant à lui, franchi l’année dernière la barre des 2 millions de véhicules fabriqués (+17,7%), grâce notamment à ses petits modèles Volkswagen et Skoda. Son partenaire chinois SAIC (Shanghai automotive Industry Corporation) a atteint un chiffre record l’an passé. “Avec 4 millions de véhicules, il se positionne au Top 10 des constructeurs mondiaux, devant PSA”, remarque Ferdinand Duttenhöffer.

 

Pour rester en lice, les marques multiplient leurs implantations. “Nous voulons affirmer notre position leader en Chine et atteindre une capacité de production de 3 millions de véhicules par an en 2013-2014. Cela passe par la construction de nouvelles usines”, expose Karl-Theodor Neumann, président de Volkswagen Group China (VGC), qui annonce un programme d’investissement de 14 milliards d’euros d’ici à 2016. Volkswagen, qui détient avec ses partenaires locaux FAW Volkswagen et SAIC quatre sites de production, a débuté au mois de janvier la construction d’une usine dans le sud du pays. Achevée en 2014, elle produira 300 000 véhicules par an. Une autre usine sort actuellement de terre à Foshan, à 100 kilomètres de Hong-Kong. Quant à Opel, quatrième marque allemande, elle cherche à établir sa présence par le biais d’une coopération avec SAIC, partenaire en Chine de sa maison mère, General Motors.