Entretien avec les dirigeants du courtier d’assurances Gras Savoye Belgium

57
Après plus d’un siècle d’existence, Gras Savoye Belgium est devenu l’un des 5 premiers courtiers d’assurances belge et se place dans le top 10 mondial via sa maison-mère Gras Savoye France.

Gras Savoye_avril11

Titulaire d’un master en économie appliquée de l’université d’Anvers, Pascal Van Eyken a collaboré chez Pricewaterhouse Coopers et AG Insurance pendant seize ans avant de rejoindre, en 2006, Gras Savoye Consulting, dont il est aujourd’hui l’administrateur directeur. Diplômé d’HEC Liège en économie, Benoît Halbart a aussi suivi des études d’actuaire (technicien de l’assurance) avant de travailler pendant quinze ans chez AG Insurance après une première expérience dans le consulting. Il est directeur commercial de Gras Savoye Consulting depuis le 1er octobre 2010.

 

Commerce International : Quand et comment la société Gras Savoye Belgium a-t-elle été créée ?

 

Pascal Van Eyken : « Ce sont deux industriels liégeois, MM. Ménage et Jowa, qui ont fondé la société en 1874. Il s’agissait à cette époque d’un courtier en assurances dont l’activité se développait surtout vers les solutions industrielles. Des bureaux furent rapidement ouverts à Bruxelles, Gand, Anvers, Hasselt, Verviers, Charleroi. En 1994, un rapprochement avec Gras Savoye France, fut concrétisé par une reprise complète en 1998. »

 

Comment se positionne aujourd’hui Gras Savoye sur le marché mondial ?

 

Benoît Halbart : « Gras Savoye Belgium et sa filiale Gras Savoye Consulting (Belgique), entièrement consacrée à la consultance en matière de retraite et prévoyance, sont des filiales du groupe Gras Savoye. Un groupe qui est, à l’heure actuelle, le 10e courtier en assurances au niveau mondial avec 3 800 employés présents dans 48 pays. 1997 fut aussi l’année du partenariat entre Gras Savoye et Willis Corroon, devenu le groupe Willis (3e courtier mondial) deux ans plus tard. Cet accord permettait à Gras Savoye de faire face à la demande des clients sur leurs marchés. Le groupe américano-britannique Willis est aussi un courtier en assurances et spécialiste du conseil basé à Londres et à New York, et coté au NYSE. Son assise – 20 000 collaborateurs répartis au sein de 400 bureaux dans plus de 100 pays – donne une stature internationale à Gras Savoye, présent en Europe, en Amérique, en Afrique et en Asie. »

 

Quelle est l’activité de base de Gras Savoye en Belgique ?

 

Pascal Van Eyken : « D’une part, Gras Savoye Belgium (GSB) accompagne et conseille principalement les entreprises dans le domaine des assurances industrielles. D’autre part, Gras Savoye Consulting (GSC) est spécialisée dans le conseil en matière de retraite et prévoyance-décès, incapacité de travail et soins de santé accordés par les sociétés à leur personnel. Nous allons voir les clients, les écoutons et leur proposons des solutions sur mesure. Celles-ci sont indépendantes des produits des assureurs et répondent avant tout aux besoins des clients. Nos solutions d’assurance sont multiples. Pour GSB, elles concernent les assurances de dommages et de responsabilités (assurance-crédit, environnement, flottes automobiles, transport…), les assurances de personnes (accidents du travail et de la vie privée), les spécialités (événements culturels et sportifs, propriété intellectuelle, risques politiques…), le conseil (maîtrise et gestion de risques, fusions et acquisitions, transferts alternatifs, gestion de crise, prévention…) et les risques exécutifs (responsabilités pratiques d’emploi, fraudes…). Pour GSC, il s’agit de la mise au point de plans d’avantages extralégaux, de leur communication au personnel, des calculs actuariels relatifs aux engagements, etc. »

 

Comment agit Gras Savoye Consulting concrètement ?

 

Pascal Van Eyken : « Nous aidons, par exemple, les clients à réaliser des audits, des études, des benchmarks, des analyses spécifiques dans le cadre de restructurations d’entreprise… Ce travail analytique nous amène à faire un plan unique pour chaque situation dans laquelle se trouve un client. Nous clarifions la situation et nous aidons le client à la comprendre en prenant en compte aussi bien le contexte microéconomique que macroéconomique : ce point est essentiel, car la législation belge est particulièrement complexe et en perpétuelle mouvance, tout comme la législation française. Enfin, nous aidons les clients à mettre en place les directives que nous préconisons. »

 

Quelle est l’importance de la communication dans ce processus ?

 

Benoît Halbart : « Elle est primordiale : nous mettons en place des plans de communication individuels pour chaque client et les employés le comprennent très bien. Les entreprises clientes attendent l’encadrement professionnel et vulgarisant de ces matières complexes, car elles n’ont pas vraiment le temps de s’y investir. Il faut bien faire attention aux processus de communication pour ne pas s’exposer à des litiges avec des employés. Nous opérons donc une vulgarisation tout en “maintenant le poids” sur les prérogatives légales de l’employeur. »

 

Qui sont vos clients ?

 

Benoît Halbart : « Gras Savoye Consulting compte 650 entreprises clientes et Gras Savoye Belgique plus de 1 500 grandes et moyennes entreprises. 85 % de notre activité est liée aux entreprises et le reste aux particuliers. Leur part ayant toutefois tendance à augmenter, nous avons créé, il y a deux ans, une activité clients privés pour répondre à la demande d’une clientèle haut de gamme qui avait pris l’habitude de s’adresser à des banques privées. Concernant les entreprises, il y a parmi nos clients, des grands groupes, bien sûr, mais aussi des PME-PMI. Leur point commun est qu’ils sont fidèles : ce sont pour nous des partenaires à long terme. Depuis l’année dernière, nous avons commencé à segmenter notre approche clients entre grands groupes et PME avec, notamment, un service dédié au respect des normes IFRS (pour International Financial Reporting Standards – normes internationales d’information financière, ndlr) pour les entreprises. »

 

Quel statut vous donne votre action au sein des entreprises ?

 

Pascal Van Eyken : « Notre modèle économique nous conduit à travailler avec des employeurs, des employés, des services de ressources humaines, des services de communication et des syndicats. Le fait que nous soyons extérieurs à l’entreprise nous donne une dimension d’élément neutre. Nous sommes finalement un médiateur au sein de l’entreprise et nous offrons ainsi un certain confort à toutes les parties prenantes. Notre méthode est d’être toujours proactif en envoyant des lettres d’informations, en organisant chaque année des déjeuners de travail sur les sujets d’actualité en Belgique ou en faisant de la publicité. Le client veut avoir confiance et attend que nous soyons à la hauteur des innovations de marché. »

 

La retraite va-t-elle devenir un de vos secteurs d’activité majeurs à l’avenir ?

 

Benoît Halbart : « La retraite repose sur trois piliers : l’État, les employeurs et les individus. Tous les États d’Europe de l’Ouest souffrant plus ou moins du même problème de déficit budgétaire, couplé au problème de vieillissement démographique, augmenter le niveau des pensions retraite à l’avenir est une utopie. La Belgique a besoin d’un second pilier (régime belge de pensions complémentaires, ndlr) très fort afin de relever ces défis. Des initiatives ont déjà été prises ces dernières années au niveau des différents secteurs économiques, mais nous nous attendons à un développement du second pilier encore plus important dans les prochaines années. En termes de spécialité, Gras Savoye Consulting propose son expertise forte, aussi bien en France qu’en Belgique : nous savons comment guider des clients français voulant investir en Belgique et inversement. Cela nous différencie sérieusement de la plupart de nos concurrents. »

 

Quelles sont les perspectives de développement du groupe Gras Savoye après la crise économique ?

 

Pascal Van Eyken : « Nos clients ont été profondément affectés par la crise financière internationale, quel que soit le marché sur lequel ils évoluaient : lorsque les moyens sont limités, les projets sont restreints. Pendant cette période, notre activité s’est donc plus centrée sur les restructurations d’entreprise et les licenciements. Pour 2011, Gras Savoye cherchera à maintenir le cap de la croissance en évoluant sur son marché. Avec le groupe Willis, Gras Savoye accentuera son développement en Asie et en Amérique latine, avec plus particulièrement le Brésil, l’Inde et la Chine, car nos clients développent énormément leur activité là-bas. » 

 

Plus d’informations sur www.grassavoye.be, www.grassavoye.com et www.willis.com