ESC Toulouse, l’école des managers

21

esc toulouse_nov09

La Business School ESC Toulouse consolide ses partenariats avec les entreprises en lançant en 2009 le Toulouse Business Club, le club des partenaires du groupe ESC Toulouse, après le lancement réussi de sa Fondation en 2008. L’école de commerce noue des partenariats durables lui permettant d’accompagner l’école dans son développement, de soutenir de nouveaux parcours pédagogiques, d’intervenir dans le financement de programmes de recherche et de favoriser la mixité sociale et culturelle des étudiants. La Fondation mise sur des partenariats tripartites entre sa structure, le groupe et les entreprises mécènes. L’engagement financier de ces dernières vise à soutenir notamment de nouveaux parcours pédagogiques. A pu ainsi être lancée la chaire Entreprenariat. En s’appuyant sur le tissu économique de Midi-Pyrénées, l’école propose ainsi un MBA Jeune entrepreneur. Les entreprises donatrices sont impliquées dans l’élaboration des contenus et le suivi des futurs diplômés identifiés lors des 1re et 2e année du programme Grande École ESC. Les débouchés concernent les PME et les Business Unit régionales de grands groupes. « L’ESC Toulouse se positionne comme partenaire de l’économie régionale en contribuant au développement, notamment international, de ses PME-PMI. Destiné à accompagner des étudiants ou des jeunes diplômés engagés dans des projets de création d’entreprise, un incubateur est également en cours de préparation », explique Joël Echevarria, directeur du développement, du marketing et des partenariats de l’ESC.

 

Une trentaine d’entreprises se sont déjà engagées auprès de la toute jeune fondation, placée sous l’égide de la Fondation de France. L’actualité du groupe ESC Toulouse réside dans la montée en puissance de ses campus en Espagne et au Maroc. Présente depuis 106 ans à Toulouse, l’ESC possède un campus depuis 1995 à Barcelone et vient de réaliser une nouvelle extension de ses locaux. Nouveaux projets aussi à Casablanca, avec le lancement prévu en 2010 du programme Grande École ESC, devant accueillir à terme 300 étudiants qui s’ajouteront aux plus des 200 Marocains déjà formés dans les programmes Bachelor, mastères spécialisés et MBA. Si l’ouverture vers l’Espagne s’explique par la proximité géographique du marché catalan et le partenariat noué en 1995 avec la CCI française de Barcelone, la présence de l’école au Maroc a été favorisée par le solide réseau d’anciens élèves de l’établissement présents dans le royaume. Face à la croissance de l’économie marocaine, la création d’une Business School capable de dénicher et de former les potentiels marocains est devenue une nécessité. Le recrutement s’effectuera selon les mêmes modalités qu’en France via le concours d’entrée ESC, les étudiants n’optant pour l’un ou l’autre des campus qu’au moment de leur inscription définitive. Classée parmi les meilleures Business School européennes par le Financial Times, l’ESC Toulouse a pu consolider et accroître les accords d’échanges avec des universités réparties sur les cinq continents. Non seulement des dizaines de nationalités différentes se croisent sur les campus, mais des interventions multiculturelles rendent concrète l’ouverture de l’école au monde.

 

« Ce sont trois accréditations internationales, EQUIS, AMBA, et AACSB, qui récompensent la qualité des programmes, de l’accompagnement des élèves, du corps professoral et de leur production intellectuelle », ajoute Hervé Passeron, directeur du groupe ESC Toulouse. Misant également sur la recherche, l’école généraliste a souhaité spécialiser certaines filières. Pour atteindre ses objectifs, elle s’est appuyée sur les fleurons industriels et commerciaux de sa région d’origine. Ainsi, en cohérence avec les pôles de compétitivité présents en Midi-Pyrénées (aéronautique, santé et agroalimentaire) sont notamment proposés un Aerospace MBA, des mastères spécialisés Transport aérien, Santé ou Agroalimentaire, et bientôt un MBA NBI to Life (Nano-, Bio-, Info-technologies appliquées au vivant). Ils accueillent des cadres d’entreprises et ou des ingénieurs désireux d’optimiser leurs performances au sein de ces secteurs d’activités. Les enseignants-chercheurs proposent ainsi des programmes d’excellence reconnus mondialement. Si l’international demeure la priorité en termes de développement, l’ambition est désormais de mettre cette dimension au service du développement économique, en accompagnant les entreprises régionales désireuses de conquérir des parts de marché mondiales.