Espagne: pas d’embellie de l’économie avant juin 2013

23

L’année 2012 ne commence pas sous les meilleurs auspices en Espagne. Le déficit du pays se rapproche dangereusement des 8% du produit intérieur brut (PIB), bien loin des 6% qu’aurait dû atteindre l’Espagne à la fin 2011. Le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque d’Espagne prévoient une récession sur 2012. Et le nombre de chômeurs est toujours en augmentation: 5,3 millions de personnes sont concernées, dont la moitié a moins de 25 ans. Des chiffres qui alarment le pays et surtout l’Europe. Dans de telles conditions, les patrons ne versent pas dans l’optimisme. Selon le baromètre réalisé par le cabinet d’études et de conseil Deloitte et publié par le quotidien El País, sur le second semestre de l’année dernière, auprès de 279 entreprises1, 70% d’entre elles n’attendent pas une amélioration de la situation d’ici le second semestre de 2013. C’est seulement à partir de cette date que que les mesures lancées par le nouveau gouvernement du Parti Populaire de droite commenceront à porter leurs fruits, estiment les entreprises interrogées.

 

Du coté du gouvernement, on cherche des solutions. L’exécutif espagnol a annoncé ce jeudi 1er février une restructuration financière tandis qu’une réforme du marché du travail sera connue le 10 février. La réforme financière devrait obliger les banques et les caisses d’épargne à augmenter leurs provisions, pour écarter tout risque lié à leur exposition au secteur immobilier. Ainsi, les établissements financiers auraient besoin de 50 milliards d’euros pour assainir leurs actifs immobiliers. Autre point sensible: les petites entreprises souffrent toujours du retard du paiement des administrations régionales et locales. Selon Celia Ferrero, 15 milliards d’euros, soit 4 millions de factures, sont toujours en attente. “À la fin du mois de janvier, nous avons dû payer la TVA, qui est abonnée trimestriellement. Selon nos estimations, ce sont 250 millions d’euros que les petits patrons ont dû avancer alors que leurs factures ne sont pas payées”, assure la vice-présidente.

 

Le gouvernement espagnol s’est engagé avant les élections à retarder tout paiement de la TVA tant qu’une facture n’est pas réglée et à mettre en place une loi pour l’Entrepreneur avant les 100 premiers jours depuis sa prise de fonction. “Les politiques d’austérité qui exigeront beaucoup de sacrifices serviront si elles sont accompagnées par des mesures d’accompagnement pour la relance économique sinon nous serons asphyxiés”, insiste Celia Ferrero. Au sein des chambres de commerce, on insiste encore plus sur une donnée fondamentale: “si l’on ne poursuit que les mesures d’austérité, nous n’allons pas croître, ce sera insoutenable à long terme avec près de 24% de chômage”, estime un observateur. Une équation complexe dans un pays qui a besoin de plus de 2% de croissance pour créer des emplois.

 

1 Facturant au total plus de 1 000 milliards d’euros et employant plus de 1 million de personnes.