ETP Japan et ETP Korea: objectif Asie

27

eugateway4_dec09

Le Japon et la Corée du Sud – 2e et 15e économies mon-diales en termes de PIB, selon les chiffres 2008 du FMI – devraient offrir de belles opportunités aux entreprises européennes. Et pourtant, la balance commerciale des 27 membres de l’UE avec ces deux pays est largement déficitaire : en 2008, 14 milliards d’euros avec la Corée du Sud et 32 milliards avec le Japon ! En cause : des particularismes culturels, et, bien sûr, la barrière de la langue. « Les entreprises qui ne prennent pas le temps de comprendre comment les Japonais et les Coréens fonctionnent encourent un grand risque d’échec », analyse Catherine André, coordinatrice déléguée à la promotion du programme ETP (Executive Training Programme) en France. Autant de différences culturelles ressenties sur le terrain, autant de difficultés. « Les Coréens construisent d’abord un lien affectif avant de faire des affaires, note Arnaud Dupont, directeur marketing de la joint-venture du groupe Essilor en Corée du Sud et ancien participant à l’ETP Korea. Ainsi, on n’aborde jamais les aspects business lors d’un premier rendez-vous. De même, il ne faut pas refuser de sortir avec ses collègues le soir après le travail. » C’est dans ce cadre général que s’inscrivent les programmes ETP Japan et ETP Korea. Créés et financés par la Commission européenne, ils visent à former des cadres européens souhaitant améliorer leurs performances sur les marchés japonais ou coréen (lire encadré).

 

Au total, près de 1 000 personnes ont pu bénéficier de l’une de ces deux formations depuis leur lancement – 1982 pour l’ETP Japan et 2001 pour l’ETP Korea. Les conditions pour postuler : être citoyen de l’UE, avoir de 25 à 45 ans (critère non exclusif), être employé par une entreprise sponsor, posséder un diplôme universitaire de type B.A. et 3 ans d’expérience comme cadre ou avoir fait 2 ans d’études supérieures et avoir 5 ans d’expérience professionnelle, disposer d’un bon niveau d’anglais et ne pas avoir déjà fait une formation ETP. En outre, même si les cours, séminaires et stages sont entièrement financés par la CE, celle-ci accorde une bourse de 24 000 euros à tout participant pour l’année de formation. Les entreprises qui présentent un candidat doivent, quant à elles, avoir au moins un effectif de 5 personnes et un chiffre d’affaires annuel de 1 million d’euros, même si la Commission accepte des entreprises ne remplissant pas ces critères lorsque le Japon ou la Corée du Sud représente une part importante de leur chiffre d’affaires ou est un marché incontournable pour leur développement. « Contrairement à d’autres programmes européens, l’ETP s’adresse à des entreprises qui ont déjà un courant d’affaires au Japon ou en Corée, ainsi qu’à celles qui ont des projets très concrets qu’elles pourront mettre en œuvre grâce au programme », précise par ailleurs Catherine André. Et la sélection est très stricte. Ainsi, pour 2009-2010, seulement 54 candidatures (42 pour le Japon et 12 pour la Corée du Sud) ont été retenues sur les 97 présentées, alors même que 60 places étaient ouvertes. « La Commission européenne recherche des cadres motivés, dynamiques, qui ont une culture très internationale et sont capables de s’intégrer facilement à un groupe, confie Catherine André. L’expérience professionnelle, mais aussi personnelle du candidat est essentielle. » 

 

ETP Japan et ETP Korea

 

Objectif : permettre aux participants d’acquérir une connaissance approfondie de la langue, de la culture et des pratiques commerciales du Japon OU de la Corée du Sud afin qu’ils puissent y développer leur activité (exportations, implantation…).

Contenu : une phase de préparation de 3 mois en Europe (Londres, Paris, Milan), composée de séminaires d’initiation à la langue et à la culture japonaises OU coréennes, ainsi qu’à l’approche du marché du pays ; une phase d’immersion de 6 mois au Japon OU en Corée du Sud sous la forme de cours intensifs de langue et de séminaires de formation aux pratiques des affaires du pays ; un stage de 3 mois dans une entreprise japonaise OU coréenne (hors filiale d’entreprise européenne dans le pays).

Cible : des cadres européens d’expérience moyenne ou élevée.

Durée : 12 mois (3 mois en Europe, puis 9 mois au Japon OU en Corée du Sud).

Prochaines sessions : programmes en attente de renouvellement par la Commission européenne ; les dates des prochaines sessions devraient être annoncées prochainement.

Contact : www.etp.org, rubrique : « Contact your local info point ».