Federation of Indian Chambers of Commerce: la course à l’énergie

16

FICC_janv08

Les milliers de petites entreprises, non équipées de groupes électrogènes trop onéreux, en sont les premières victimes. Pour éviter que la pénurie énergétique se transforme en catastrophe majeure, le gouvernement indien redouble d’efforts. « Nous sommes obligés d’être très ambitieux aujourd’hui pour espérer répondre à la demande de demain », lance Vivek Pandit, responsable du département énergie à la FICCI (Fédération indienne des chambres de commerce et d’industrie). Avec d’importantes ressources en hydrocarbures, l’Afrique est au cœur des projets. Au cours des trois prochaines années, l’Inde va représenter 25 % de la croissance des approvisionnements provenant de ce continent en pétrole, et les sous-sols du continent noir sont encore relativement inexploités.

 

« De meilleures coopérations entre l’Afrique et nos compagnies pétrolières et gazières sont indispensables », insiste Vivek Pandit. Vingt-six ministres africains de l’Énergie étaient reçus en Inde en novembre dernier afin d’élaborer de futurs projets d’investissements, mais avec la présence croissante de la Chine et des États-Unis, les ressources africaines seront très convoitées. La priorité est aussi à la diversification des approvisionnements. En plus des projets prévus, six ouvrages de grande ampleur sont lancés actuellement : construction de centrales hydrauliques, nucléaires, et de parcs éoliens. Le gouvernement prévoit des besoins en électricité de 778 000 MW en 2032, contre 127 700 MW fin 2006. Le responsable de la FICCI explique qu’il « s’agit du minimum pour pouvoir maintenir une croissance économique annuelle de 8 % ». D’autres prévisions évoquent la nécessité pour le pays de doubler sa capacité énergétique tous les 5 ans pour répondre à la demande. Le défi à relever est de taille : au cours du dernier plan quinquennal de développement, qui s’est achevé en mars 2007, l’Inde n’a atteint que la moitié des objectifs en termes de créations de nouvelles sources d’énergie.