Franchisez vous Daniel Moquet, numéro 1 des créateurs d’allées

52
Pauline%20moquet%20%281%29
La rénovation de la maison est un secteur porteur qui se situe sur le créneau de la « silver économy », c’est à dire l’économie des jeunes séniors.
Numéro 1 des créateurs d’allées, spécialisé dans leur aménagement ainsi que dans celui de cours et de terrasses pour les particuliers, l’entreprise Daniel Moquet recrute des franchisés.
Laissez-vous tenter par la création d’une entreprise rattachée à l’unique réseau franchisé dans le domaine.
Rencontre avec Pauline Moquet, fille du fondateur, première franchisée Daniel Moquet en 2003, aujourd’hui Directrice Générale Adjointe.

 

Commerce International : Quel est le concept de votre entreprise ?

Pauline Moquet : Notre entreprise est spécialisée dans l’aménagement d’allées, de cours et de terrasses pour les particuliers, les pavillons mais aussi les lotissements, à la campagne et en ville… Nos clients sont des propriétaires qui souffrent de différentes problématiques, qui se retrouvent tous les ans avec de la gadoue en hiver et de la poussière en été. Notre rôle est d’embellir l’extérieur des propriétés.

Créée en 1977, l’entreprise de mon père avait à l’origine comme créneau les plantations, les portails… C’était une entreprise paysagiste classique. En 1990, la société s’est spécialisée dans les allées et en 2004, le réseau est né.

 

CI : Comment cela se passe-t-il pour devenir franchisé Daniel Moquet ?

Pauline Moquet : Nos franchisés proviennent de tous les secteurs. Il ont souvent un profil de cadre et souhaitent se mettre à leur compte. Pour faire ce métier, il faut aimer la vente aux particuliers.

Le nouveau chef d’entreprise recrute trois poseurs qui feront les travaux.

Un secteur géographique est imparti à chaque nouveau franchisé qui comprend 40 000 pavillons. Nous avons aujourd’hui 118 franchisés sur 240 secteurs. Notre siège étant dans l’ouest, nous y sommes très implantés car c’est là que tout a commencé, mais il y a des opportunités à saisir partout sur le territoire et même dans cette région. Les nouveaux chefs d’entreprise peuvent installer leur activité où ils le souhaitent tant que la place est disponible.

 

CI : L’entreprise Daniel Moquet est-elle internationale ?

Pauline Moquet : Ma sœur Camille qui travaille avec nous réalise actuellement un mémoire d’expertise comptable sur le développement d’une franchise à l’international. Nous travaillons grandement sur ce projet, avec déjà deux franchisés belges, qui nous ont ouvert la voie de l’export. Nous souhaitons également développer notre réseau en Angleterre et en Allemagne.

 

CI : A combien s’élève le droit d’entrée ?

Pauline Moquet : Le droit d’entrée est de 41 500 euros. Il donne droit à l’utilisation de la marque Daniel Moquet, à une formation et à l’assistance au démarrage pendant quatre semaines. Des animateurs aident les franchisés pour les premières visites et la communication est soutenue par une agence qui leur délivre des supports imprimés représentatifs de la marque.

Six semaines de formation sont donc délivrées en Mayenne au siège à Parigné sur Braye. Nous aidons les chefs d’entreprise à préparer leurs rendez-vous bancaires, à monter leur business plan, à trouver les dépôts et à recruter les salariés.

Une plate-forme téléphonique accueille les appels de clients qui sont redirigés vers nos franchisés selon le secteur.

Nous travaillons avec des marques de produits référencées (Stardraine et Alvéostar). Nous en avons l’exclusivité et donc des prix intéressants.

L’ouverture d’une franchise nécessite un financement de 250 000 euros (dont un apport personnel exigé de 40 000 euros) qui sert à payer le droit d’entrée et le matériel de chantier (véhicules et outils).

 

CI : Existe-t-il un marché de la concurrence ?

Pauline Moquet : Nous avons une concurrence locale, pas toujours organisée et non spécialisée.

 

CI : Quel est le taux de réussite des franchisés ?

Pauline Moquet : Un client peut se rembourser dès son premier chantier. La réussite de nos franchisés est évaluée à 99 %. Cette année, en effet, sur 100 franchisés, un seul a déposé le bilan. Notre concept fonctionne très bien.

Notre objectif est que les franchisés réussissent. Nous faisons tout pour les accompagner au mieux dans les différentes étapes de la réalisation du projet et de son existence.

Dès la première année, un franchisé peut réaliser un chiffre d’affaires de 500 000 euros. Une entreprise qui fonctionne bien doit viser le million. Le résultat net est de 15 %.

 
 

 

 

 

Pour tout renseignement : 02.43.00.67.28 ou www.franchise-daniel-moquet.fr.