Gestion d’actifs: zoom sur CPR Asset Management

70

CPR_juin11

Avec plus de 18 milliards d’euros d’actifs sous gestion, CPR Asset Management (CPR-AM) continue de s’imposer comme un acteur atypique dans le monde de la finance. « Il ne faut pas se fier à ce montant. Nous restons une organisation à taille humaine pour qui la proximité est le maître mot », explique Bertrand Pujol, directeur marketing de l’entreprise. Même si elle présente les traits d’une petite structure, cette société de gestion d’actifs dispose d’une offre vaste et bénéficie des garanties des plus grands groupes européens en matière de procédures de contrôle des risques. Une double casquette qui fait aujourd’hui sa force. « Les clients y trouvent un accompagnement réel, une réactivité forte, ajoute le directeur. En cas de crainte ou de secousse financière, il est rassurant pour l’investisseur de savoir qu’il peut rencontrer son gérant sous une semaine, plutôt que d’avoir un interlocuteur à l’autre bout du monde avec qui les discussions sont plus compliquées. »

Arnaud Faller, directeur des investissements, explique que l’offre de la société est « variée, avec toutefois des spécialisations sur les actifs monétaires qui constituent l’ensemble des produits destinés à des investisseurs désireux de placer leur trésorerie sur des solutions de court terme, comme notre Sicav phare intitulée CPR Cash, dont le rendement est à la fois intéressant et rapide. » CPR-AM dispose d’une catégorie d’actifs taux, regroupant des obligations d’État, des obligations centrées sur l’inflation, sur le crédit. Le volet actions de son offre se distingue par son orientation sur la zone euro, et comprend aussi bien de grandes et petites capitalisations. La société commercialise également des produits d’allocations d’actifs, sous l’intitulé « diversifiés et convertibles ». « Dans cette gamme, nous avons lancé en automne 2008 des produits très flexibles dont l’exposition aux actions peut varier de 0 % à 100 %. Il s’agit d’une création tirée des enseignements de la crise financière », souligne Arnaud Faller. Dans un fond diversifié traditionnel, même avec une exposition actions qui n’est que de 50 %, le client peut être confronté à une baisse importante en temps de crise, ce qui suscite désormais beaucoup de prudence.

Avec ce nouveau produit lancé par CPR-AM, il peut couper totalement les ponts avec les fonds actions s’il le souhaite. Les clients de CPR-AM sont souvent des investisseurs institutionnels comme des caisses de retraite, des compagnies d’assurance, instituts de prévoyance. Les entreprises et le secteur de la distribution de produits financiers forment une autre partie importante de ses interlocuteurs. La société est adossée au Crédit Agricole et à la Société générale, par le biais de la filiale Amundi Group. Le fait d’avoir des liens avec des structures de référence de la sorte est bien sûr une garantie importante. « Le contrôle des risques s’exerce de la même manière chez Amundi Group que chez CPR-AM », précise Bertrand Pujol. Sur ce plan, l’entreprise a décidé d’axer ses travaux de recherche essentiellement sur le risque de perte maximum qu’elle souhaite réduire considérablement. « Les investisseurs sont de plus en plus sensibles à un bon calibrage des risques », souligne Arnaud Faller. L’ancienneté est un autre atout qui séduit la clientèle. La société existe depuis 1986. Titulaire de l’agrément AMF depuis 20 ans, le groupe affiche une forte stabilité sur la durée. « Notre activité est imprégnée d’une forte culture de reporting et de transparence, ce qui n’est pas forcément le cas dans toutes les sociétés de gestion », poursuit Bertrand Pujol.

CPR-AM est présente à l’étranger. Son orientation internationale passe par des réseaux de consultants principalement d’origine anglo-saxonne qui sélectionnent des produits financiers pour les proposer ensuite à des fonds de pension et des investisseurs institutionnels. « Nous travaillons dans le cadre d’appels d’offres et avons obtenu de nombreux mandats. Notre offre se retrouve ainsi dans de nombreux pays européens, mais aussi chez des acteurs de destinations plus lointaines. Parallèlement, nous disposons d’une équipe commerciale interne qui démarche les clients dans des pays voisins en Europe », indique Bertrand Pujol. Le développement de CPR-AM passe par l’enrichissement de l’offre, et la commercialisation vers les pays voisins. L’évolution favorable du cadre réglementaire européen représente un véritable tremplin. Dans plusieurs pays européens, l’ouverture à des sociétés de gestion non domestiques est croissante. « Pour un investisseur étranger, travailler avec des sociétés de gestion françaises n’est plus un obstacle. L’assouplissement réglementaire actuel est accompagné d’un nouvel état d’esprit. Les barrières psychologiques tombent et favorisent la distribution de nos produits à l’international », se réjouit le dirigeant. •