Google dans tous les sens

19
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmtffmtnfnjg1x2zpbguixsxbinailcj0ahvtyiisiji3mhgxmdawpijdxq
Spécialiste d’Internet, consultant et formateur aux Pays-Bas, Henk Van Ess propose une méthode pour optimiser les recherches sur Google afin d’éviter de se perdre parmi les 26 milliards de sources disponibles.

Pour utiliser au mieux le moteur de recherche le plus célèbre du monde, tout repose sur « une somme de petits détails ». Henk Van Ess commence par livrer des informations de base sur la machine Google et son fonctionnement. Tout d’abord, le « bouche à oreille » est roi. « Selon Google, (…) ce ne sont donc pas les sites les plus visités ou les plus récents qui apparaissent en premier, mais ceux dont on parle le plus ». Parallèlement, le succès d’une page ou d’un site est dû à la notoriété de sites reconnus pour leur intérêt : plus un lien est cité par des poids lourds du Web, mieux il sera classé dans l’un des indices de Google, le fameux PageRank – un système abondamment piraté afin de se moquer de personnalités, notamment des chefs d’État français et américains. Le spécialiste relève aussi différentes incorrections dans le fonctionnement du moteur. Ainsi, l’indexation tardive des nouveaux sites révèle l’impossibilité d’effectuer des recherches en temps réel (permises en revanche par des réseaux comme Twitter). Afin d’accroître ses chances d’obtenir des résultats pertinents, l’auteur invite les internautes à découvrir d’autres types de moteurs de recherche. Par exemple, les moteurs « sémantiques », « outils de type nouveau, encore à un stade de développement peu avancé » (Hakia.com par exemple, pour les requêtes larges), qui interprètent le sens d’une question formulée en langage naturel. Mais ces autres acteurs sont davantage présentés comme des compléments de recherche plutôt inaboutis, non comme une alternative. C’est d’ailleurs un reproche que l’on peut faire à toute la première partie du livre d’Henk Van Ess : sous couvert de révéler les « secrets » du moteur américain, il en souligne plutôttous ses avantages. Par exemple, il reproche à Google de bloquer certains résultats, donc de nombreuses sources, citant comme exemples de victimes… les webmasters qui utilisent des pratiques frauduleuses pour figurer en tête des classements ! On a vu mieux comme procès à charge. La seconde partie de l’ouvrage, fort utile, est consacrée à la « boîte à outils de Google », composée de sept grandes règles de formulation, parmi lesquelles l’usage des guillemets, le contrôle de fiabilité d’une information, la traduction et la recherche de documents.

 

Da Google Code
Henk Van Ess
Pearson (janvier 2011)
12 €, 157 pages