Hostorg Risk Management veut créer un réseau de franchise

33

HostorgRisk_mai09

En période de crise financière, de nombreuses entreprises proposent aux sociétés de réduire leurs problèmes de trésorerie et de diminuer leurs besoins de liquidités. Cette activité, qui se situe à la limite du conseil en gestion de trésorerie, amène à prendre des risques inconsidérés et à commettre des erreurs fatales. Car c’est en période de crise que se font les écarts entre les entreprises. C’est pour modéliser des stratégies et offrir un schéma équilibré entre investissements et bénéfices, court terme et long terme, risques et profits qu’a été fondée il y a neuf ans Hostorg Risk Management (anciennement Hostorg Modélisation & Conseil). Cette société se spécialise dans le conseil en investissements financiers ; elle est enregistrée auprès de la Chambre nationale des conseillers en investissement financier (CNCIF) et auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

 

Les entreprises pour lesquelles elle intervient appartiennent à des secteurs très divers : logistique, produits de haute technologie, textile, transport… « Notre mission est double : elle relève non seulement de l’étude et de la mise en place de projets, mais aussi de la formation à la prise en compte de nos méthodes par des clients qui, in fine, se les approprient », explique Thierry Brutman, président d’Hostorg Risk Management et anciennement analyste financier à la SFAC (devenu EULER) et IBM. Car c’est bien de méthodologie qu’il s’agit : les modèles, basés sur les mathématiques, d’Hostorg sont validés depuis longtemps par des universités et autres institutions académiques. Les méthodes qui en résultent permettent de mesurer la meilleure gestion contractuelle des approvisionnements tant en termes de montant que d’arbitrage entre prix-délai de mise à disposition et donc de sourcing. Hostorg peut aussi aider à rédiger des contrats pour intégrer des notions de risque en pratique.

 

L’entreprise qui adopte ces méthodes peut mieux répartir les risques dans le temps, définir un budget tenable et se développer sur les créneaux les plus porteurs pour elle. À l’inverse des ERP, ces logiciels intégrés de gestion de stock et des approvisionnements qui refont des prévisions au fur et à mesure des ventes, Hostorg budgète en fonction du retour attendu – tant du point de vue commercial que du point de vue marketing – de chaque type de produit et de l’évolution future permettant ainsi des changements de position ou de décision pour optimiser le résultat en temps réel. « Nous définissons le risque pour lui-même, mais aussi pour les autres produits que l’entreprise commercialise », souligne Thierry Brutman. Cette plus-value distingue la méthodologie prônée par Hostorg des ERP, qui ne sont à l’heure actuelle pas capable de gérer les risques relatifs (par exemple la sur- ou sous-représentation d’un produit dans une gamme).

 

Facteurs de synergie entre les différentes activités d’une même entreprise, les modèles Hostorg sont reconnus par des clients aussi fidèles que prestigieux, qu’ils soient des cabinets conseil reconnus comme Headlink, Saypartners ou Enetek pour des grands comptes comme Arcelor ou la D.C.N., ou des clients directs comme, par exemple, Geodis, DTZ/JPMorgan… Les PME, voire les TPE via un service en ligne, peuvent aussi bénéficier des services d’Hostorg. D’une manière générale, tous les clients d’Hostorg bénéficient de la garantie que les calculs sur lesquels reposent les modélisations sont certifiés : la société engage sa responsabilité civile professionnelle et assure le suivi des opérations. Fort de son développement rapide, Hostorg devrait multiplier ses implantations dans les années à venir. « Nous voulons nous développer par le biais de la franchise, affirme Thierry Brutman. Nous chercherons d’abord à couvrir toute la France, en insistant plus particulièrement sur le Nord-Nord-est et la région de Toulouse, puis en Allemagne et dans les pays nordiques ».

 

Chiffres clefs

 

– Fondée en 2000
– 7 collaborateurs
– Présence directe dans deux pays (France et Luxembourg), accord avec Enetek pour représentation en Inde et en Turquie.
– Chiffre d’affaires 2008 : 800 000 euros (+ 40 % par rapport à 2007)
– Investissement en R&D en 2008 : 40 000 euros