Icade se veut à la pointe de l’innovation durable

11013
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmjjfmdjfmzc2x2zpbguixsxbinailcj0ahvtyiisiji3mhgxmdawpijdxq
Société immobilière dont le principal actionnaire est la Caisse des dépôts, Icade est présente dans toutes les grandes métropoles françaises. La recherche d’une maîtrise énergétique élevée de ses immeubles est au cœur de son activité promotion Entretien avec Hervé Manet, président du pôle promotion.

 

Commerce International : Quels sont les domaines d’activité couverts par Icade?

 

Hervé Manet: « La première de nos activités est foncière : Icade détient des actifs – principalement des bureaux – en Ile-de-France et des cliniques dans l’ensemble du pays. Sa valorisation, qui s’élève à ce jour à 6 milliards d’euros, va augmenter jusqu’à atteindre les 9 milliards d’euros, car nous allons prochainement devenir propriétaire de la société SILIC, elle-même détentrice de parcs d’activité en Ile-de-France. La promotion immobilière est notre seconde activité, un secteur sur lequel nous sommes le troisième acteur national. Enfin, Icade propose aux investisseurs institutionnels des services tels que la gestion d’immeubles, le conseil, ou encore l’Asset Management, qui permet de créer de la valeur sur chacune des missions qui nous sont confiées. »

 

 

Parlez-nous plus précisément de vos interventions en matière de promotion immobilière…

 

H. M.: « Nous sommes positionnés sur trois secteurs : le résidentiel, avec 5 000 logements construits chaque année, le tertiaire, ainsi que les commerces. Nous avons également développé une activité de maîtrise d’ouvrages publics avec la construction d’hôpitaux, de lycées, de collèges et d’universités, sans oublier les bâtiments administratifs : hôtels de région ou de département, mairies et bâtiments d’archivage, comme celui par exemple du ministère des Affaires étrangères. Nous travaillons enfin pour des associations telles que la Croix Rouge ou encore des organismes de mutuelle qui nous sollicitent pour la construction de lieux d’accueil pour personnes âgées dépendantes. »

 

 

 

Quelle est la marque de fabrique d’Icade Promotion?

 

H. M.: « Nous sommes expressément tournés vers nos clients. Je dirais que nous fabriquons une histoire pour les villes, les territoires et leurs habitants. Pour ce qui est du résidentiel, nous sommes très orientés sur l’accession à la propriété, qui représente une grosse part de notre distribution. Dans le domaine du tertiaire, nous travaillons pour de grands comptes. Nous venons ainsi d’achever la construction du siège du Crédit lyonnais à Villejuif, soit 5 bâtiments occupant 80 000 m2. Nous allons également être chargés de celle du siège de Veolia, 85 000 m2 pour 3 000 salariés, et plus tard des 35 000 m2 du ministère de la Justice. Nous sommes présents à Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Rennes, Strasbourg et Lille, et, pour chacune de nos opérations, nous avons sur place une délégation afin de répondre au mieux aux besoins de nos clients. »

 

 

 

Quel est votre point de vue sur la loi Scellier?

 

H. M.: « On a dit du Scellier qu’après avoir été très favorable aux acquéreurs en permettant une forte défiscalisation, il est devenu moins intéressant dès lors que le taux de réduction d’impôts qu’il autorisait est passé de 25% à 13%, sur une valeur d’achat maximale de 300 000 euros. En tant que professionnel, je dirais qu’il reste aujourd’hui le plus avantageux des placements immobiliers. Il faut savoir qu’avant de lancer une opération Scellier, nous faisons réaliser des études afin de nous assurer que nous sommes bien dans une zone où le besoin locatif est reconnu. On peut donc aller jusqu’à dire que dans ces conditions, le Scellier est un placement patrimonial avant même d’être un produit de défiscalisation : il permet d’avoir un locataire qui assure un revenu, et, cerise sur le gâteau, de bénéficier d’une réduction d’impôts à hauteur de 13% sur 9 ans. Vu la situation budgétaire de la France, l’État va certainement être de moins en moins contributif et généreux pour l’accession à la propriété et notamment pour l’investissement locatif. Nous ne retrouverons pas de sitôt d’aussi bonnes conditions pour un placement patrimonial de qualité, de long terme, qui permet d’avoir un revenu et plus tard un complément de retraite. C’est donc le moment où jamais de réaliser cet investissement. »

 

 

 

Dans ce cadre, quelle est la plus-value d’Icade par rapport à ses concurrents ?

 

H. M.: « Notre volonté d’être précurseurs nous incite à être constamment à la recherche des meilleures pratiques et nous permet d’avoir un temps d’avance. Nous nous sommes ainsi servis de nos parcs d’activités pour démontrer que nous étions en mesure de construire des bâtiments démonstrateurs en matière de basse consommation, pour savoir combien cela coûtait, pour réfléchir aux meilleures manières d’absorber ce surcoût etc. Nous avons donc, finalement, livré les premiers BBC collectifs privés en France, et aujourd’hui toutes nos opérations sont labellisées NF BBC. Nous travaillons énormément à la conception de nos ouvrages, avec une attention particulière portée aux matériaux de façade, à l’isolation, à l’orientation des ouvertures. Notre réseau de professionnels nous permet de garantir un niveau de qualité élevé. Nous sommes accompagnés dans notre démarche par la société Cerqual, qui certifie que les bâtiments sont bien éligibles au Scellier. Au-delà de ces aspects techniques, je dirais qu’Icade est un partenaire de long terme, d’une grande fiabilité, et c’est pourquoi les collectivités font très souvent appel à nous. Elles savent que nous ne les accompagnerons pas seulement sur une opération, mais sur un cycle complet. Une fois que nous nous engageons, il n’est pas question pour nous de quitter le navire, quels que soient les événements. »

 

 

 

Quid de l’après-Scellier ?

 

H. M.: « Ce n’est pas parce que la loi Scellier ne sera plus d’actualité en 2013 que nous allons cesser nos efforts en matière de développement durable ! Nous avons par exemple pour objectif de développer la filière bois, dont on sait qu’elle est bien moins énergivore que le béton. Nous avons également pris un engagement très fort pour la construction d’un écoquartier à Cergy, qui ne comprendra que des bâtiments basse consommation. Cela implique aussi une réflexion sur les transports, sur l’enlèvement des déchets, sur la récupération de l’eau et la production d’énergie. Il faudra y proposer des logements mixtes, avec des appartements, des maisons individuelles, du semi-collectif mais aussi des commerces, il faudra faire revenir dans ces quartiers les jeunes et les moins jeunes, proposer des logements sociaux à vocation intermédiaire et à vocation libre… Cette opération, qui sera lancée à la fin de l’été prochain à Cergy, correspond bien à notre vision globale de la ville et à ses enjeux. »

 

 

 

Scellier 2012

Le dispositif Scellier 2012 permet aux investisseurs dans l’immobilier locatif (pour un achat de moins de 300 000 euros exclusivement) de réduire directement leur impôt sur le revenu à hauteur de 13% pour les logements « bâtiments basse consommation », c’est-à-dire dont la consommation énergétique n’excède pas en moyenne 50 kWh/m2 (chiffre variable en fonction d’un système de zones). Cette mesure incitative prendra fin le 31 décembre 2012.