Immobilier d’entreprises: zoom sur la société Sicabel

61
Bernard Cartier, directeur général de Sicabel, met en avant l’indépendance et le sérieux de son entreprise de conseil en stratégie immobilière.

« Historiquement, la vocation de Sicabel est d’aider les utilisateurs d’immeubles tertiaires lorsqu’ils rencontrent un problème, explique Bernard Cartier, son directeur général. Celui-ci peut être lié à une augmentation ou une réduction d’effectifs, à une délocalisation, à la création d’une filiale ou à une réorganisation délibérée. » Créée en 1972 comme filiale du groupe français SFICA, Sicabel a été rachetée par Bernard Cartier, qui en avait exercé jusqu’alors la direction puis la présidence, en 1997. A travers une holding parisienne, il détient aujourd’hui les deux entités de Sicabel, à Bruxelles et au Luxembourg. Dotée d’une équipe d’une douzaine de personnes, Sicabel a dégagé ces trois dernières années un chiffre d’affaires consolidé entre 1,2 million et 1,5 million d’euros. Ses activités se concentrent sur la totalité de la Belgique (85 % du chiffre d’affaires) et au Luxembourg, avec quelques opérations ponctuelles à Paris. « Mais nous pouvons également nous expatrier avec nos clients, précise Bernard Cartier, comme nous l’avons fait par exemple récemment à Madrid. »

 

À l’origine de la création de Sicabel, un constat : « Les utilisateurs d’immeubles tertiaires sont souvent perdus au milieu de tous les interlocuteurs : architecte, bureau d’études, entrepreneurs, etc., développe Bernard Cartier. Il leur faut un spécialiste capable de comprendre le fonctionnement de leur entreprise afin de traduire leurs besoins dans des termes précis et cohérents pour les concepteurs et les différents intervenants de la construction. » La clientèle de Sicabel se compose de grands industriels mais aussi, depuis deux ou trois ans, d’investisseurs institutionnels. Compte tenu de la diversité de ses activités, Sicabel est intervenue depuis sa création sur quelque 1 350 000 m2 de bureaux. Car l’entreprise propose une large gamme de produits : études amont (programmation, études de stratégie immobilière, organisation de concours d’architecte, assistance au choix d’immeuble…) ; maîtrise d’œuvre (conception-réalisation des projets) ; et conseil (assistance à la maîtrise d’ouvrage). La couverture de son intervention peut être soit la plus large possible, soit séquentielle, en fonction des besoins de ses clients.

 

« Notre rôle de consultant permanent auprès de nos clients se double d’un rôle traditionnel de maître d’œuvre, résume Bernard Cartier. Sicabel dispose de l’ensemble des compétences à l’intérieur de son équipe : architecte, architecte d’intérieur, ergonome, organisation technique (électricité, climatisation, sécurité…), direction de travaux, mission d’assistance à la maîtrise d’ouvrage. Nous offrons à nos clients un service complet, depuis la réflexion initiale jusqu’au service après-vente en passant par l’accompagnement. » Dans un marché très concurrentiel, Sicabel se démarque de plusieurs façons, selon son directeur général : « La parfaite maîtrise des programmes est ce qui différencie Sicabel de ses concurrents, avance Bernard Cartier. Le fait d’avoir une équipe complètement intégrée nous permet de prendre des garanties sur les délais de livraison et les coûts. Par ailleurs, Sicabel a toujours un chef de projet unique du début à la fin. Le client a toujours le même interlocuteur, quelque soit la phase de réalisation. En outre, Sicabel délivre un conseil totalement indépendant et qui bénéficie de quarante ans d’expériences, même si les cadres ont été renouvelés ces dernières années afin de se doter d’une équipe plus dynamique. Surtout, Sicabel n’a aucun compte à rendre à une banque, un quelconque actionnaire ou même une entreprise immobilière. Nous donnons un conseil sain et étudié ; nous n’avons pas d’immeuble à placer. »

 

Et Bernard Cartier d’avancer pour preuve de la réussite de cette stratégie le fait que 50 % du chiffre d’affaires de Sicabel est effectué par d’anciens clients qui reviennent. Alors que le marché de Sicabel n’est pas directement lié à celui de l’immobilier, mais davantage à la mobilité des entreprises, qui, compte tenu de l’indexation des loyers, n’hésitent pas à déménager, Bernard Cartier se montre serein sur l’avenir de son entreprise : « Le véritable développement consiste à être de plus en plus performant et à se placer à la pointe de certaines réflexions, estime le directeur général de Sicabel. Les grandes tendances restent les mêmes : la souplesse, le confort, l’attention portée aux aménagements. Les immeubles HQE peuvent également constituer une opportunité pour l’avenir ; nous sommes d’ailleurs en train d’en réaliser un à Bruxelles, à usage mixte bureaux-logements. » Fort de ce constat, Sicabel se fixe comme objectif 60 % d’augmentation de son chiffre d’affaires en 2008 par rapport à 2007, et 40 % l’année suivante.