Immobilier – Investissements et conseils financiers dans l’immobilier

15
Grand professionnel de l’immobilier d’entreprise, Bouygues Immobilier se définit aussi comme un promoteur multi-spécialiste. Outre Dom’Ville’ Services, spécialisé dans le placement immobilier, soulignons que la société commerciale Selexia propose une formule d’investissement et de conseils financiers. Enfin, Entenial entend consolider ses positions sur le marché du financement immobilier.

Petit tour d’horizon du marché de l’immobilier et de ses fluctuations liées à la complexité du contexte économique. Selon Marc Pigeon, président de la FNPC (Fédération Nationale des Promo­teurs Constructeurs), « le nombre de logements neufs vendus en 2002 s’établit à 85 431 ventes. Ce chiffre plutôt satisfaisant, qui dépasse de 6,6 % celui de 2001, s’explique par une demande soutenue, confortée par la faiblesse des taux d’intérêt et des cours de la Bourse. On assiste ainsi à une augmentation des prix de vente pour une qualité des logements constante », poursuit-il.
Les ventes d’appartements ont progressé de 7 %, soit 71 105, alors que les ventes de maisons individuelles n’ont augmenté que de 4 %, soit 14?326. On note cependant un léger redressement en fin d’année dû essentiel-lement aux logements collectifs (+13,4%) soit 19 400 logements collectifs vendus, alors que l’individuel groupé reste stable avec 3 790 maisons groupées vendues. À ce jour, la faiblesse des mises en vente, conjuguée au dynamisme des ventes, conduit à une stabilité de l’offre disponible qui a atteint 48 109 logements à la fin du 4e trimestre 2002, niveau compa-rable à celui de 1999 avec 47 377 unités, point le plus bas depuis 1978. Rappelons également que le nombre de mois nécessaire à la vente d’un logement s’est stabilisé à 7 en 2002. Ce délai étant le plus faible depuis 1990, période au cours de laquelle on a connu des délais de 16 mois en 1991, 19 en 1992, 15 en 1995 et 11 en 1996 !

Un bon niveau de ventes
« En ce début d’année, la conjoncture reste bien orientée et l’année 2003 se présente sous d’excellents auspices, ajoute le président de la FNPC. Les rythmes des ventes se maintiennent par ailleurs à un bon niveau. Ceci s’explique parce que l’offre ne correspond pas à la forte demande en partie liée aux flux de populations et à la possibilité d’accéder à la propriété avec des taux d’intérêt très faibles. Toutefois, une croissance médiocre accompagnée d’un taux d’intérêt toujours attractif ne devrait pas affecter de manière significative le marché du logement. » Et de rappeler que cette tendance se poursuivra tant que le secteur de l’immobilier ne répondra pas plus précisément à la demande.
Quant au marché de l’immobilier d’entreprise, Marc Pigeon indique qu’il demeure dans le même niveau de morosité et que le net repli des autorisations et des mises en chantier se confirme. « Sur les 12 derniers mois, les chiffres s’établissent comme suit : -17,9 % pour les autorisations (soit 4 534 700 m2) et -25,5 % pour les mises en chantier (3 385 400 m2). Le dernier trimestre connaît également un net ralentissement des autori-sations de construire (-8,5 %) et de mises en chantier (-28,7 %). » En outre, les investisseurs étrangers sont plus frileux pour investir sur ce marché très dépendant de la conjoncture économique.
Les taux à court terme comme les taux à long terme se maintiennent à un niveau bas, mais l’écart entre les deux diminue. Ainsi, les taux offerts pour les crédits immobiliers aux ménages ont baissé depuis l’été 2002 et les taux fixes officiels sur 15 ans sont actuellement revenus à un niveau proche de 4,5 %. « Nul doute que la faiblesse des taux continue de dynamiser le marché de l’immobilier neuf tandis que de nouvelles mesures visant à favoriser l’accession à la propriété sont attendues avant l’été 2003 », conclut le président de la FNPC.