Immobilier – Une pierre rentable et agréable

36
Le concept Pierre & Vacances s’est imposé comme un outil de gestion de patrimoine pertinent grâce à ses performances financières et fiscales et grâceà la qualité de ses résidences de tourisme.

Commerce International : Sur quels principes repose le développement de Pierre & Vacances ?
Isabelle de Wavrechin, directeur général de Pierre & Vacances Conseil Immobilier : « Depuis sa création, en 1967, l’activité de Pierre & Vacances consiste à construire, à commercialiser auprès d’investisseurs particuliers ou institutionnels et enfin à gérer des résidences de tourisme sous différentes marques (Pierre & Vacances, Maeva, Center Parcs, MGM Résidences). Aujourd’hui, notre groupe procède également à des rachats de sites existants qu’il revend à l’unité avant de les rénover entièrement. Pierre & Vacances n’a jamais eu pour vocation de porter financièrement les résidences qu’il gère. Nous ne sommes pas propriétaires des murs. »

C.I.: À quels types de préoccupations d’investissement correspondent les maisons et appartements Pierre et Vacances ?
I de W. : « Ils répondent à diverses attentes en matière de gestion de patrimoine. Ce sont des placements qui permettent d’investir en toute sécurité entre 80 000 et 220 000 euros par unité, qui génèrent des revenus réguliers, indexés et garantis de 4 à 4,5 % net de charges, selon qu’ils sont ou non meublés, et enfin qui bénéficient de régimes fiscaux particulièrement attractifs comme celui du loueur en meublé non professionnel (LMNP) ou du loueur en meublé professionnel (LMP), ou encore des investissements en zones de revitalisation rurale (ZRR). »

C.I.: Les produits Pierre & Vacances sont-ils comparables aux autres biens immobiliers ?
I de W. : « C’est de l’immobilier à part entière, des biens qui n’échappent pas à l’évolution du marché, qu’il soit orienté à la hausse ou à la baisse. La différence la plus notable se trouve dans la sécurité et la facilité de gestion qui les caractérisent. Avec Pierre & Vacances, il n’y a plus d’impayés, plus de préoccupations liées à l’entretien, plus de recherche de locataire. L’investisseur bénéficit des avantages fiscaux et patrimoniaux de l’immobilier locatif sans les contraintes et les risques de gestion. Cerise sur le gâteau : les investisseurs concilient l’utile à l’agréable, puisque certains d’entre eux se réservent de pouvoir utiliser leur bien à titre personnel. »

C.I.: Comment fonctionne le marché secondaire ?
I de W. : « Nous ne rachetons pas de biens à nos clients. En revanche, si ceux-ci souhaitent nous donner mandat pour revendre, nous nous chargeons de leur trouver des acheteurs. Il est clair que la fluidité du marché secondaire dépend de la conjoncture. Aujourd’hui il n’y a pratiquement pas de délai d’attente pour revendre son bien. Ce serait même plutôt l’inverse. Sur certains de nos sites, des acheteurs attendent de trouver des vendeurs ! Je ne vous aurais toutefois pas affirmé la même chose il y a dix ans. La liquidité des produits Pierre & Vacances est exactement calquée sur celle du marché immobilier en général, si ce n’est que nous disposons sur lui d’un avantage sérieux : une clientèle locative fidèle et captive. Il faut savoir que 80 % des acheteurs sur le marché secondaire sont des utilisateurs des résidences Pierre & Vacances, ce qui montre à quel point la qualité des services que nous rendons aux vacanciers est reconnue. Je précise en outre que notre clientèle d’utilisateurs est très cosmopolite et que les étrangers prennent bien volontiers la relève des acheteurs français lorsque la conjoncture économique dans leur pays le leur permet. »

C.I.: Quels programmes sont aujourd’hui en cours de commercialisation ?
I de W. : « Nous venons d’achever la commercialisation de nos résidences récemment acquises à La Plagne et à Val Thorens, qui seront prochainement totalement rénovées. Nous disposons d’un programme en cours de 370 appartements haut de gamme dans le 15e arrondissement de Paris. Et nous mettons en ce moment sur le marché un nouveau village de vacances, situé dans l’Aisne, pour lequel les acquéreurs bénéficieront de la réduction d’impôt relative aux investissements dans les zones de revitalisation rurale. »

C.I.: Et vos projets de développement ?
I de W. : « Ils sont évidemment nombreux, tant en créations qu’en rénovations. Ils sont français, mais aussi italiens ou espagnols. Ainsi, près de Barcelone, nous allons développer une résidence sur un golf. Ils concernent toutes nos marques, Pierre & Vacances, mais aussi Maeva et Center Parcs, et se situent aussi bien en bord de mer qu’à la montagne, à la campagne ou à la ville. »