La confiance des investisseurs et des chefs d’entreprises basés à Londres est tombée au niveau le plus bas depuis le référendum pour quitter l’Union Européenne, suscitant des nouveaux appels à plus d’investissements dans l’infrastructure, les compétences, la planification et l’aide au financement des entreprises.

ComRes a réalisé une étude auprès de 500 entreprises londoniennes pour le compte de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Londres (LCCI) et qui révèle des niveaux de la demande d’exportation particulièrement bas, tandis que la confiance des entreprises décline fortement.

La LCCI appelle le maire de Londres et le gouvernement britannique à construire des ponts fixes dans l’est de Londres pour faciliter la circulation et fluidifier le trafic. La Chambre demande également de sérieuses avancées dans le secteur du logement qui est de plus en plus inaccessible. Elle sollicite aussi une période de transition prolongée pour le Brexit, allant jusqu’à cinq ans.

Les détracteurs de Sadiq Khan affirment que le projet pour moderniser les voies de circulation à Londres est « insuffisant », demandant au maire de réexaminer les propositions de franchissement de cours d’eau fixes à Gallions Reach et à Belvedere afin d’améliorer les conditions de circulation de l’espace londonien.

Les économistes sont très inquiets de la situation financière post-Brexit

D’autres recommandations incluent la consultation avec les entreprises pour faire le bilan sur les compétences disponibles à Londres et celles qui pourraient manquer après la sortie de l’UE.

Colin Stanbridge, le directeur général de ComRes a ainsi déclaré: «Ces chiffres suggèrent au mieux un trimestre difficile pour les entreprises londoniennes. Les indicateurs de confiance des entreprises ont continué de baisser à un niveau inquiétant, et les perspectives économiques sont mauvaises depuis plus d’un an

«Certaines choses peuvent être faites pour inverser ces chiffres et donner un coup de pouce à la confiance dans l’économie de la capitale tel qu’un accord sur la transition économique. Il reste néanmoins essentiel que ces mesures soient prises afin d’inverser les tendances inquiétantes que nous avons vues depuis trop longtemps» conclue Colin Stranbridge.

Pour plus de précisions sur la situation britannique post-Brexit, retrouvez notre entretien exclusif avec le Président de la Chambre de commerce franco-britannique.