Irrésistible Apple

42
Le groupe californien a réalisé le meilleur trimestre de son histoire et s’apprête à détrôner Microsoft.

Apple a une nouvelle fois réalisé des résultats trimestriels éblouissants. Au troisième trimestre, clos fin juin, le bénéfice net d’Apple a bondi de 78 % à 3,25 milliards de dollars (2,53 Md d’euros), tandis que le chiffre d’affaires a atteint le niveau record de 15,7 milliards de dollars (12,2 Md d’euros), en progression de 61 %. La firme californienne a vendu 8,4 millions d’ex-emplaires de l’iPhone, en hausse de 61 %, et 3,27 millions d’iPad. Le groupe a également vendu 3,47 millions d’ordinateurs Macintosh, en hausse de 33 %, et 9,1 millions de baladeurs numériques iPod, en recul de 8 %. « Il n’y a donc pas de cannibalisation entre les différents produits », souligne la société de conseil Gartner. « Au contraire, les utilisateurs se convertissent progressivement à l’ensemble de l’écosystème Apple. » Le P-DG Steve Jobs a qualifié ces performances de « phénoménales ». Apple est en passe de devenir la première entreprise technologique du monde devant Microsoft. Certes, le groupe fondé par Bill Gates a lui aussi réalisé un dernier trimestre historique. Ses ventes ont bondi de 22 % au quatrième trimestre de son exercice fiscal clos fin juin, à 16 milliards de dollars (12,4 Mds d’euros), soit 300 millions de dollars de plus qu’Apple pour la même période. Mais sur un exercice complet, la firme à la pomme devrait devancer son rival.
Des chiffres en constante progression
Le chiffre d’affaires de l’iPad s’élève à 2,2 milliards de dollars (1,7 Md d’euros), soit plus que celui généré par les ventes d’iPod (1,5 milliard de dollars, soit 1,1 milliard d’euros). Et le succès de la nouvelle tablette devrait s’amplifier dans les prochains mois avec l’extension progressive de sa commercialisation dans le monde. Dans cette perspective, le cabinet de recherche américain iSuppli a revu à la hausse ses estimations de ventes pour l’iPad à 12,9 millions en 2010, contre 7,1 millions initialement. Le volume pourrait grimper à 36,5 millions l’an prochain, puis à 50,4 millions en 2012.
Selon les estimations d’Apple, les revenus de la firme à la pomme devraient atteindre les 63 milliards de dollars en 2010 (48,9 milliards d’euros). Ce qui signifie que le groupe aura multiplié par huit ses ventes en dix ans. En termes de résultat net, l’évolution est encore plus impressionnante (203 millions de dollars il y a dix ans contre 3,25 milliards ce trimestre), ou de cours de Bourse. Le titre Apple a flambé de 826 % entre 2000 (28 dollars) et aujourd’hui (259,30 dollars le 21 juillet, date de la publication des résultats).
La raison du succès ? L’innovation produits impulsée par Steve Jobs en 1998 avec l’iMac, le premier ordinateur « tout-en-un », sans unité centrale. Puis en 2001, l’arrivée de l’iPod qui lui permet de réduire sa dépendance au PC et de connaître un succès mondial : depuis 2001, 270 millions d’unités ont été vendues dans le monde. Enfin, les deux dernières trouvailles du groupe : l’iPhone, sorti en 2007 et déjà vendu à 69 millions d’exemplaires, et l’iPad.
Seul bémol : par souci de rentabilité, Apple emploie 25 000 personnes aux États-Unis et en fait travailler dix fois plus en Chine. Le groupe apparaît donc comme un piètre contributeur à l’emploi américain, alors qu’il y réalise la moitié de ses ventes.