Jean-Christophe Bretxa est directeur général de Redevco France: « Nos projets doivent être en phase avec l’architecture responsable »

123
Née de la création du pôle immobilier de C&A, appartenant au groupe Cofra, Redevco (Real Estate Development Company) a su développer un portefeuille de clients et accroître ses actifs.

Redevco_avril10

Jean-Christophe Bretxa est directeur général de Redevco France. Ingénieur civil des Ponts et Chaussées, diplômé de Stanford University et d’HEC, il devient directeur immobilier du groupe Carrefour en 2003, puis directeur du Fund Management Tiers d’une filiale du groupe Axa en 2005. Il prend la direction générale de Redevco en France en 2006 et en Suisse en 2008.

 

Commerce International : Quelle est l’activité de Redevco ?

 

Jean-Christophe Bretxa : « Redevco est une société non cotée du groupe Cofra, holding qui détient notamment les murs des magasins C&A. Fondée en 1999 pour gérer les murs des points de vente de l’enseigne, elle figure aujourd’hui parmi les premières foncières européennes spécialisées en immobilier commercial. Aujourd’hui, C&A ne représente plus qu’un tiers de ses revenus locatifs, une part qui devrait se réduire encore ces prochaines années. Société d’investissements immobiliers, Redevco développe également des projets en qualité de promoteur. »

 

Quels sont aujourd’hui vos principaux projets ?

 

J.-C. B. : « Nous menons plusieurs opérations de développement en Allemagne, en Turquie, en Belgique et en France. À Lyon, nous investissons aux côtés d’Unibail-Rodamco pour bâtir le Cours Oxygène, soit 15 000 m² de surfaces commerciales en prolongement du centre La Part Dieu, dont nous sommes copropriétaires et que nous inaugurons en mai prochain. À Bourges, nous avons emporté l’appel d’offres de la ville pour construire le nouveau quartier Avaricum qui comprendra, sur 17 000 m², commerces et logements résidentiels. À Bordeaux, nous avons acquis l’ancienne imprimerie du quotidien Sud-Ouest, près de la rue Sainte-Catherine. Nous allons réaliser un éco-quartier comportant plus de 10 000 m² de logements et un espace commercial à ciel ouvert de 15 000 m². Les travaux débuteront au deuxième semestre 2010. »

 

Le développement durable fait-il partie de vos préoccupations ?

 

J.-C. B. : « Nos projets de création et de réhabilitation doivent être en phase avec les principes d’une architecture responsable. Toutes les étapes de la conception à la réalisation des bâtiments sont étudiées dans cette optique, de l’utilisation du sol à la possibilité de réutilisation des matériaux lors de la déconstruction en passant par la gestion de l’énergie, de l’eau et des déchets. La création d’un éco-quartier dans le centre historique de Bordeaux, par exemple, fait partie des projets représentatifs de cette démarche. À Nantes également, le projet Calvert vise la certification BREEAM (Building Research Establishment Environnemental Assessment Method) niveau “ very good”, un référentiel britannique qui s’applique aux immeubles neufs et rénovés. »

 

Quels sont vos atouts ?

 

J.-C. B. : « D’abord, nos collaborateurs, qui sont de vrais experts, capables de donner une appréciation juste d’un actif. Ensuite, la qualité de notre offre, puisque nous nous intéressons aux biens qui répondent aux attentes des commerçants locataires en termes de taille, de hauteur, d’organisation des flux de marchandises, de lieux de stockage, de locaux sociaux et de respect de l’environnement. Enfin, la force de Redevco est l’autonomie accordée par la maison-mère à chacune des filiales, qui permet à celles-ci d’adapter plus encore leur approche aux spécificités du pays où elles opèrent. La bonne santé financière de l’entreprise nous permet d’ailleurs d’envisager l’acquisition d’actifs plus importants que ceux déjà détenus. Dans diverses capitales européennes, nous pourrions acheter des immeubles dont les montants peuvent atteindre 200 millions d’euros. »

 

Votre entreprise est-elle touchée par la crise ?

 

J.-C. B. : « Nous avons jusqu’à présent ciblé des actifs compris entre 10 et 50 millions d’euros, la tranche la plus résistante et qui se négocie le plus facilement. Nous n’avons presque pas de locaux vacants. En outre, nous nous positionnons sur des biens de qualité, implantés ou réalisés sur des emplacements n° 1 en centre-ville. Nous avons fait le choix, qui semble le bon, de ne pas nous concentrer uniquement sur des centres commerciaux de périphérie. L’avenir est aux zones commerciales de centre-ville, aux centres commerciaux à ciel ouvert. Plusieurs de nos projets et investissements s’inscrivent dans cette tendance. Redevco est ainsi propriétaire, à Aix-en-Provence, des Allées provençales. Cette zone commerciale piétonne, que l’entreprise a édifiée en 2007 dans la continuité du Cours Mirabeau, affiche 97 % de clients satisfaits. Notre métier est de “redévelopper” la ville en nous adaptant à l’existant. »