La banque d’investissement Bryan Garnier optimiste pour 2010

35
En 14 ans, la banque Bryan Garnier & Co est parvenue à tutoyer les institutions bancaires les mieux établies dans le domaine du financement d’entreprise dans des secteurs en croissance. Son approche sectorielle assez atypique et la qualité de ses analystes lui permettent de se démarquer de la concurrence.

 

Après Londres, Paris et Genève, Bryan Garnier & Co est désormais implanté à New York, où un bureau a été ouvert au mois de janvier. Fonctionnant sur un modèle qui existe depuis longtemps aux États-Unis, mais qui demeure encore peu répandu en Europe, Bryan Garnier & Co est une banque d’investissement, dédiée aux secteurs de croissance, qui emploie un peu plus d’une centaine de collaborateurs à travers le monde. Fondée en 1996, elle se spécialise tout particulièrement dans les technologies, les médias, les télécommunications, la santé, les énergies renouvelables, les biens de consommation et la distribution. « Nous connaissons ces secteurs parfaitement et revendiquons notre spécialisation ; cela ne veut pas dire pour autant que nous nous fermons la porte à d’autres secteurs, tout dépendra des opportunités de croissance », note Virginie Lazès, associée gérante et responsable du Corporate Finance chez Bryan Garnier & Co depuis 2008. Banque d’affaires multiservices, Bryan Garnier & Co exerce essentiellement quatre métiers : le corporate finance ou finance d’entreprise, la recherche sur des marchés de croissance, le courtage institutionnel et la gestion d’actifs.

 

La finance d’entreprise regroupe chez Bryan Garnier & Co non seulement les levées de fonds pour des entreprises, mais aussi le conseil en fusion-acquisition, le financement en venture et capital développement ou le conseil en introduction en Bourse, intervenant aussi bien pour des entreprises privées que publiques. L’année dernière, Bryan Garnier & Co a notamment conseillé l’institut Mérieux dans la cession de son activité vaccins en Inde à sanofi-aventis pour plus de 500 millions d’euros. La santé est un des domaines où cette banque d’affaires réussit le mieux, puisqu’en 2009, elle a aussi réussi à lever 24,3 millions d’euros pour Innate Pharma (dont l’actionnaire principal est le danois Novo Nordisk) et 15,6 millions d’euros pour ExonHit Therapeutics. Dans un autre de ses secteurs de prédilection (technologies, médias, télécommunications), Bryan Garnier & Co a aussi réalisé la plus grosse transaction dans le secteur du software en France en cédant la société Viveo à Temenos, ainsi qu’une levée de 15 millions d’euros en décembre 2009 pour Modelabs Group.

 

Malgré une année 2009 difficile et marquée par une activité des marchés boursiers relativement faible, Bryan Garnier & Co a su tirer son épingle du jeu grâce à une forte activité en fusion-acquisition sur les transactions de taille moyenne. « Notre réussite dans une conjoncture compliquée s’explique par notre modèle de fonctionnement », explique Christian Finan, directeur des marchés de capitaux chez Bryan Garnier & Co depuis 2006. « Nous attaquons tous nos dossiers d’abord par une approche sectorielle et ensuite, nous menons une analyse financière. » L’efficacité de l’approche sectorielle permet à Bryan Garnier d’aborder 2010 avec confiance : la société a réussi à lever 1 milliard d’euros au cours des cinq dernières années (tant pour les sociétés cotées que privées) et totalisé 1 milliard d’euros de transactions en fusions-acquisitions en 2009. En pleine phase de croissance, la banque prévoit de plus de nombreux recrutements d’analystes et de vendeurs actions pour cette année. « Il faut souligner aussi que les taux d’intérêt très bas favorisent le retour des investissements en France », rappelle Virginie Lazès. « Maintenant que les marchés repartent, il faut préparer dès aujourd’hui les opérations qui auront lieu en septembre. »

 

L’activité de Bryan Garnier ne se limite pas aux opérations liées à la recapitalisation et à l’investissement. Sa stratégie consiste à accompagner les entreprises qui la choisissent à chaque étape de leur existence : création, financement de la croissance, introduction en Bourse, fusions-acquisitions, suivi des financements… « Je pense qu’en Europe nous allons converger vers une offre de services analogue à celle qui prévaut aux États-Unis », prédit Olivier Garnier de Falletans, associé gérant, fondateur de Bryan Garnier & Co en 1996 et ancien collaborateur de Goldman Sachs à New York. « Notre but est de dédier des consultants de premier plan au service de sociétés dont la valeur boursière va jusqu’à 5 milliards d’euros. Nous ne jouons pas le jeu du marché contre les clients et espérons que, prochainement, des dizaines d’autres banques d’investissements spécialisées comme la nôtre verront le jour. »

 

Plus d’informations sur www.bryangarnier.com