La CCI de Seine-et-Marne ferme ses portes en signe de protestation

14

Des mesures exceptionnelles pour une crise profonde

Tandis que le projet Loi de Finances 2017 est à l’examen ce mercredi 14 décembre par la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale avant son vote en séance publique le vendredi 16 décembre, c’est à cette même date du 14 que les nouveaux Elus du Bureau de la Chambre de commerce et d’industrie de Seine-et-Marne ont opté à l’unanimité pour une fermeture totale de leurs services habituellement ouverts au public.

Une décision mûrement réfléchie comme le suggère le communiqué de la CCI Seine-et-Marne : « Alors que cette semaine s’avère décisive pour l’avenir des CCI, les Élus de la Chambre de Seine-et-Marne entendent ainsi poursuivre leur mobilisation contre le PLF 2017 qui prévoit une mesure (article 17) instaurant une nouvelle baisse des ressources affectées aux CCI : moins 60 millions d’euros de Taxe pour Frais de Chambre (TFC) pour le réseau, dont moins 14 M€ pour la seule CCI Paris Île-de-France. »

Le spectre de l’ascétisme budgétaire plane sournoisement

Rappelons que depuis la parution du projet Loi Finances 2017, c’est l’ensemble des CCI qui s’insurge contre ces continuelles et incessantes baisses de ressources qui affectent de manière évidente les missions allouées aux CCI. Celle de Seine-et-Marne n’est pas épargnée et si le projet de Loi Finances 2017 venait à être adopté en l’état vendredi 16 décembre, ce sont les capacités de la CCI Seine-et-Marne à accompagner le développement économique de son département qui seraient gravement atteintes, notamment dans les formations des jeunes Seine-et-Marnais, futurs entrepreneurs du département.

La CCI Seine-et-Marne, comme beaucoup d’autres, a déjà fait beaucoup d’efforts contraignants de son côté, comme la suppression de 28 postes en 2015, soit 10% de ses effectifs. Mais au-delà de la sauvegarde des postes, cette nouvelle réduction de ressources engendrera des cessations d’activités au sein de ses services aux entreprises, un coup fatal à ses investissements dans l’apprentissage, et encore de nouvelles réductions d’effectifs.

A moins d’espérer une reconsidération du projet de Loi Finances 2017, les CCI restent dans l’incertitude quant à leur avenir. Faire fructifier les économies locales (départementales et régionales), nécessite forcément un minimum de ressources, minimum qui ne cesse d’être revu à la baisse au grand dam des élus qui se battent jour après jour pour un avenir plus clément de la santé entrepreneuriale de leurs territoires.

commerce international, actu-cci.com.