La Chambre de Commerce de Lima en lutte contre les « barrières administratives »

12
La chambre de Lima bat campagne contre les barrières bureaucratiques qui nuisent, selon elle, à la compétitivité du pays. Promulguée en juillet 2007, la loi sur le silence administratif entrera en vigueur le 2 janvier prochain.

Lima_dec07

Elle entend simplifier considérablement les procédures administratives et lie déjà les entités publiques, qui doivent adapter leurs règlements à la norme parlementaire. Dans un article publié dans le quotidien El Comercio, le 2 octobre dernier, le président de la Chambre, Samuel Gleiser Katz, insistait sur l’importance de cette avancée qui « devrait marquer le commencement de la grande réforme de l’État, tant espérée pour la compétitivité du pays ». Cela n’a pas empêché la Chambre de proposer à ses membres de dénoncer les barrières bureaucratiques « qui entravent le libre exercice de l’activité économique ». Les principales plaintes des entrepreneurs visent les inscriptions aux différents registres publics. L’enregistrement au registre national des fournisseurs (RNP), étape indispensable pour pouvoir établir des contrats avec l’administration, suscite notamment l’ire des chefs d’entreprise. Les taxes inhérentes à cette inscription sont lourdes et fixées le plus souvent selon la valeur du patrimoine du requérant, non en fonction du coût réel du service, contrairement aux exigences de la nouvelle loi. Avec la mise en application de celle-ci, quelques lourdeurs devraient disparaître. Outre les taxes qui seront probablement revues à la baisse, les délais de réponse de l’administration seront écourtés. La Chambre de commerce de Lima surveille la mise en œuvre des nouveaux règlements et espère que les entités publiques feront en sorte que la loi ne reste pas lettre morte. Elle s’est d’ailleurs réjouie de l’annonce faite le 30 octobre par le ministre de l’Économie, Luis Carranza, de la création d’un groupe de travail chargé d’analyser les textes uniques des procédures administratives (TUPA) émanant des différents ministères, avec pour objectif « de réduire les barrières bureaucratiques qui affectent la compétitivité du Pérou ».