La croissance au 1er trimestre 2015 est-elle prometteuse ?

12
Michel-sapin-croissance-france
La croissance de l’Hexagone au 1er trimestre 2015 est de 0,6 % : un résultat encourageant pour certains économistes, un signe positif mais pas suffisamment tangible pour d’autres. Faut-il croire en une croissance durable ?

 

Certes, sur ces 3 premiers mois de 2015, la France suplante l’Allemagne et l’Angleterre, enregistrant une ralentissement inattendu, à 0,3%. Et certes, la croissance de la France est de 0,6 % au 1er trimestre 2015, au lieu de 0,4 % prévu.

Certains économistes y voient un résultat encourageant, quand d’autres évoquent un signe positif, dans une conjoncture manquant toutefois d’éléments tangibles, du moins, a priori éphémères, tels que la chute de l’euro, des taux d’intérêt ou du prix du pétrole.

De leur côté, les entrepreneurs estiment que la situation reste difficile.

Certes, la consommation des ménages est en hausse, mais certains indicateurs restent largement insuffisants. Tout d’abord, le secteur de la construction est toujours  sinistré. De plus, les principaux moteurs d’une croissance durable, tels que l’emploi et l’investissement sont actuellement en péril.

En effet, ce semblant de redémarrage suffira-t-il pour assurer le redécollage de la
croissance ? L’Insee ne prévoit, quant à lui, «que» 0,3% pour le second trimestre.

Et Michel Sapin d’arguer : «C’est très encourageant. Nos perspectives de croissance pour 2015 sont aujourd’hui clairement confortées». Le ministre des Finances fait-il preuve d’optimisme ou manque-t-il de réalisme ? La réponse dans quelques mois.

 

commerce international, actu-cci.com.