La ressource humaine, pivot de la valeur future

106

Depuis plus de 25 ans, des entreprises industrielles de toutes tailles – des PME aussi bien que des firmes multinationales – font confiance aux équipes de Iota S.A. Celle-ci compte 40 salariés au siège et 500 expatriés à travers le monde qui travaillent pour plus de 150 entreprises. Iota S.A. pratique l’externalisation de cadres de haut niveau pour les projets techniques internationaux. Leur mission consiste aussi bien à superviser la construction d’une usine en Chine ou à installer une plate-forme pétrolière au Nigeria ou à réaliser des travaux de génie civil en Inde…Toutes ces opérations ont un point commun : elles requièrent d’importantes ressources et rendent l’entreprise vulnérable, quelle que soit sa taille ou son expérience. En effet, il est impossible de contrôler ce qui se passe à des dizaines de milliers de kilomètres de son siège. Avoir un partenaire sur lequel on peut compter rassure et permet de mener à bon port des opérations de haute technicité.« Pour chaque opération, nous commençons par écouter notre client, explique Thierry Cusin, directeur général de Iota S.A., notre mission est de les satisfaire au mieux. Une exigence qui commence par le choix du spécialiste qui est envoyé sur place. »

 

Quand on lui demande quel est le principal bénéfice du service qu’il propose, T. Cusin n’hésite pas longtemps pour répondre : « Nous faisons gagner du temps à nos clients. En envoyant un salarié aguerri, qui a une expérience de l’expatriation et qui connaît le marché mais aussi les pratiques administratives du pays concerné permettent d’entrer plus vite dans le vif du sujet. Les délais sont raccourcis, l’équipe locale est plus vite opérationnelle. » Pour que le client soit satisfait, l’équipe de direction mise sur des relations riches avec ses expatriés. Ceux-ci sont suivis régulièrement. Les cadres de l’entreprise se rendent régulièrement sur le terrain. Convaincus de la valeur du service qu’ils proposent, ils estiment « que la fidélité des expatriés est essentielle ». Pour cela, ceux-ci perçoivent des rémunérations comparables à celles qu’ils recevraient en Europe, associée à une ingéniérie sociale qui intègre cotisation aux caisses de retraite, protection sanitaire et hospitalière. T. Cusin récuse la pratique du dumping social, estimant que serrer les coûts ce serait dégrader le service. Entreprise indépendante appartenant à des actionnaires stables ayant un vrai projet dans le temps, Iota S.A. a les moyens pour défendre la qualité.

 

De même, l’entreprise refuse de travailler dans certains pays, où la sécurité des agents et des installations n’est pas assurée. « Notre philosophie n’est pas de faire de l’argent à n’importe quel prix », poursuit T. Cusin. Un audit de sécurité est réalisé pour chaque pays, et Iota SA met en place les moyens nécessaires pour assurer, le cas échéant, la sécurité et la logistique. Pour assurer son développement, l’entreprise a investi ou noué des partenariats dans une dizaine de pays, permettant de développer une présence effective parmi les 40 pays dans lesquels travaille la société. Les services de l’entreprise peuvent ainsi être comptabilisés dans le local content, cette exigence qui figure souvent dans les appels d’offres internationaux : il s’agit de demander de recourir pour un pourcentage défini à l’avance à des entreprises locales. Grâce à ses liens tissés dans la durée, Iota SA aborde les changements qui s’annoncent avec un relatif calme. En effet, le papy-boom qui s’annonce sera catastrophique pour les entreprises qui ne l’ont pas anticipé.

 

La pénurie de main-d’œuvre qualifiée guette : l’Inde n’a-t-elle pas annoncé qu’elle manquera d’ingénieurs dès 2010 ? T. Cusin résume le problème d’une phrase : « À l’avenir certaines entreprises vont disparaître non pas parce qu’elles n’auront pas de marché mais parce qu’elles n’auront pas de moyens humains. » Une analyse qui le conforte dans sa conviction que les hommes sont le capital de l’entreprise. Entreprise citoyenne, au sens où elle entend avoir une stratégie en cohérence avec les problèmes du monde, Iota SA prépare d’ores et déjà ce changement majeur. Comment ? En proposant à des cadres retraités, qui souhaitent continuer à travailler, d’accompagner des projets dans des conditions bien sûr aménagées. Le directeur général devient passionné quand il aborde ce sujet. L’impératif de transmission des compétences et des savoir-faire est son credo, qu’il applique chez Iota en développant de véritables solutions de formation. Adepte du management mentalitaire développé par Max Héron dans Billes balles ballons, T. Cusin milite pour les appliquer chez ces clients, pour pouvoir gagner collectivement.