La situation de l’emploi s’aggrave en Europe

22

Dans la zone euro, le taux de chômage a atteint 8 % en moyenne en décembre. Au 4e trimestre 2008, le nombre de personnes ayant un emploi a diminué de 0,3 % (soit 453 000 personnes), selon des estimations d’Eurostat. Dans l’ensemble des 27 pays de l’Union européenne, 672 000 personnes ont perdu leur emploi. Avec 13,91 %, l’Espagne détient le record du plus fort taux de chômage de l’UE, soit 3,3 millions. Un million de chômeurs supplémentaires ont été enregistrés dans le secteur du bâtiment en un an. Et la situation devrait empirer… Le gouvernement prévoit un taux de 15,9 % à la fin de l’année, près de deux fois plus qu’au cours de l’été 2007 (7,95 %).

 

Le pays a enregistré en janvier 198 838 nouveaux chômeurs, soit une hausse de 6,3 % en un mois. Le chef du gouvernement, José Luis Zapatero, compte sur le plan de relance de 11 milliards d’euros pour relancer le marché de l’emploi. Il table sur la création de 300 000 emplois. En Allemagne, le cap des 3 millions de chômeurs a été franchi en décembre après trois années de baisse : 387 000 nouveaux inscrits en janvier. En deux mois, le taux de chômage est passé de 7,1 % à 8,3 %, selon les statistiques de l’Agence fédérale pour l’emploi. L’industrie allemande, très tournée vers l’export, subit de plein fouet le ralentissement mondial. De son côté, le Royaume-Uni compte 1,97 million de chômeurs, un plus haut depuis août 1997 : soit 146 000 personnes privées d’emploi entre septembre et novembre. Le pays a enregistré 259 000 licenciements au cours du dernier trimestre 2008, selon l’Office national de la statistique. Du jamais vu depuis 1995. Tous les secteurs sont touchés par la crise. La France a enregistré 90 200 demandeurs d’emplois supplémentaires en janvier 2009, soit deux fois plus qu’en décembre.

 

Le nombre de chômeurs a augmenté de 4,3 % en un seul mois. Il s’agit de la plus forte hausse depuis 1991, première année de calcul du nombre de chômeurs selon les modalités actuelles. Janvier est ainsi le 9e mois consécutif de hausse. Au 4e trimestre 2008, le taux de chômage a atteint 7,8 % de la population active en France métropolitaine – près de 2,2 millions de chômeurs –, 8,2 % si l’on inclut les départements d’Outre-mer, selon les chiffres de l’Insee. En 2009, quelque 4,5 millions d’Européens devraient perdre leur emploi, estime l’organisation patronale européenne Business Europe présidée par le Français Ernest-Antoine Seillière, l’Espagne et le Royaume-Uni représentant près de 2 millions à eux seuls. Business Europe, qui représente quelque 20 millions d’entreprises européennes, prévoit que le taux de chômage de la zone euro passera de 7,5 % en 2008, à 9,5 % en 2009. De son côté, la Commission européenne, moins pessimiste, table sur la suppression de 3,5 millions d’emplois cette année. Les ministres des Finances des pays du G20 se préparent à une forte hausse du taux de chômage dans la plupart d’entre eux en 2009 et 2010.