La société d’aide à l’import-export FDI Logbox lance deux nouveaux services

19

FDILogbox_avril09

Depuis vingt-cinq ans, FDI Logbox a pour vocation d’aider les sociétés exportatrices à sécuriser leurs créances. Son offre s’adresse en particulier à des sociétés vendant à l’export sans passer par une filiale ni un importateur. Historiquement filiale d’un groupe de transport, la Fiduciaire de distribution internationale, devenue plus récemment FDI Logbox, s’est développée en Europe et aux États-Unis en implantant un réseau de filiales. FDI Logbox est indépendante depuis 1999 et a comme principal actionnaire le groupe ING. Aujourd’hui, elle emploie 200 collaborateurs dans dix pays : la France, le Royaume-Uni, la Belgique, l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, le Danemark et les États-Unis. « Avec nos 9 filiales, nous couvrons 25 pays », indique Dominique Chatelin, président de FDI Logbox. L’entreprise compte environ 500 clients représentant plus de 1 500 marques, et est en relation avec quelque 35 000 clients destinataires.

 

En 2008, elle a géré un volume global de 700 millions d’euros. Ses clients se trouvent parmi un panel allant de la petite société émergente à la multinationale, avec comme cœur de cible des PME dont le chiffre d’affaires se situe entre 20 et 50 millions d’euros. Sa clientèle la plus importante appartient au secteur de la mode (80 %), surtout en Italie, en France et en Espagne, mais aussi en Allemagne, au Royaume-Uni et au Benelux. Un positionnement qui lui assure une place de market leader dans ce secteur. « Nous travaillons surtout à l’export, même si certains clients nous demandent d’intervenir sur leur marché domestique, développe Dominique Chatelin. Nous traitons un ensemble de services, qui s’appuient sur une plate-forme informatique unique : Logbox Online 2.0. Nos filiales locales apportent les compétences juridiques, linguistiques et culturelles nécessaires. » Les entreprises tournées vers l’international font souvent face à des difficultés dans le suivi de leurs comptes clients. Concrètement, ses clients délèguent tout ou partie de leur portefeuille.

 

Au stade de la commande, FDI Logbox émet un jugement sur le client destinataire – est-il garantissable ou non ? Et pour ceux qui ne le sont pas, elle donne un avis précisant si celui-ci peut être considéré comme sûr ou si, au contraire, il présente des risques importants, la décision finale d’honorer ou non la commande revenant au client. Ensuite, FDI Logbox facture l’ensemble des clients destinataires que son propre client lui a confiés, met en place des moyens de paiement optimisés, recouvre les créances et, après un certain nombre de relances, entame une phase précontentieuse, puis contentieuse si nécessaire. L’ensemble de ces tâches relève du service global dénommé « Logbox ». Par ailleurs, FDI Logbox vient de lancer deux nouveaux services : une offre de financement – une ligne de crédit adossée à la gestion personnalisée du crédit client (Logbox Finance) – et une offre concernant les factures anciennes non payées (Collectbox). Autant d’atouts pour les clients de FDI Logbox.

 

« Nous leur permettons de se concentrer sur leur cœur de métier, avance Dominique Chatelin. Le processus de gestion du crédit client est certes essentiel, mais il n’est ni stratégique ni différenciant. En l’externalisant, une entreprise bénéficie d’une optimisation de son cash-flow et d’une réduction des risquesde non-paiement. » Ce service est d’autant mieux venu en période de crise. « Dans des périodes difficiles, il faut à la fois faire preuve d’une certaine souplesse dans les délais de paiement et se protéger au mieux contre d’éventuels risques de défaut, analyse le président de FDI Logbox. Et cette balance doit se faire au quotidien. » Surtout qu’en raison de la dégradation de la conjoncture, les assureurs-crédits ont diminué le scoring d’un certain nombre d’entreprises fragilisées, les excluant ainsi du champ des sociétés garanties. « Aujourd’hui, la demande pour nos services est forte, car les entreprises ont besoin de solutions complémentaires à l’assurance-crédit, poursuit Dominique Chatelin. En effet, nous traitons aussi bien les clients garantis par les assureurs-crédits que ceux qui ne le sont pas. Nous sommes ainsi en mesure d’aider nos clients à faire le bon choix entre deux possibilités : faire du chiffre à tout prix ou se mettre à l’abri du moindre risque. »