La société québécoise Hortau Inc développe des technologies innovantes pour l’irrigation

16
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmjjfnthfnzdfzmlszsjdlfsiccisinrodw1iiiwimjcwedewmda%2bil1d
Spécialiste de la performance agronomique, la société québécoise Hortau Inc développe des technologies de gestion de l’irrigation. Cette capacité à innover est soutenue par une politique d’investissement. Entretien avec Jocelyn Boudreau, son PDG et fondateur.

 

Titulaire d’un baccalauréat en génie rural et d’une maîtrise en physique du sol de l’université Laval (Québec), Jocelyn Boudreau, 37 ans, a commencé sa carrière dans la recherche en se spécialisant dans le développement de systèmes d’irrigation pour serres et pépinières (1998-2002) avant de devenir consultant en irrigation (2001-2004). Il a cofondé Hortau Inc en mai 2002.

Commerce International : Dans quelles circonstances est née la société Hortau Inc ?

Jocelyn Boudreau : « Avec Jean Caron, mon directeur de maîtrise à l’université de Laval, au Québec, nous avons cofondé Hortau Inc il y a dix ans maintenant. Entre 2002 et 2006, notre activité s’est centrée sur le développement de technologies avec des tests sur le terrain et dans les laboratoires. Nous avions notamment développé une technologie permettant de simplifier et de rendre plus précise la mesure la tension de l’eau du sol, une mesure de la disponibilité de l’eau dans le sol pour les plantes. Une première technologie a été enregistrée en 2006, puis d’autres brevets sont venus compléter le premier. »

Comment la société s’est-elle développée ensuite ?

J. B. : « À partir de 2006, nous avons commencé à trouver des partenaires financiers importants qui nous ont permis d’agrandir l’entreprise et de lancer des produits innovants sur le marché. L’essentiel de notre chiffre d’affaires est réalisé par la vente de systèmes de gestion et de pilotage de l’irrigation, pour les cultures irriguées. Ce système se base sur notre technologie de mesure de la tension du sol. Nous avons par ailleurs investi dans un programme de recherche en partenariat avec l’université de Laval. L’objectif est de développer de la connaissance agronomique sur la gestion en temps réelle de l’irrigation basée sur des mesures de haute précision. Ce qui nous permet également de démontrer la performance agronomique de notre approche. Ce programme s’étale sur cinq années et représente un investissement total d’environ 1 500 000 dollars canadiens (environ 1 155 000 euros). Nous avons des parcelles expérimentales au Québec, en Californie et au Wisconsin. Nous avons décidé de mettre ce programme en place en partant d’un constat simple : la littérature scientifique servant à conseiller nos clients dans ce domaine est insuffisante. Il y avait donc un besoin de pousser plus loin les concepts établis dans notre domaine, afin de favoriser l’adoption de notre technologie. »

Comment fonctionne ce système ?

J. B. : « Nos clients sont des producteurs de fruits et de légumes de toute taille : cela va du petit propriétaire terrien à la grande corporation maraîchère. Notre système fait la différence, car il est extrêmement modulable et permet de gérer tout type d’exploitations avec les mêmes composants. Concrètement, il s’agit d’un système complet de gestion et d’automatisation de l’irrigation. Des modules sans fil installés au champ prennent des mesures de tension du sol, de température et d’humidité de l’air toutes les 5 minutes, et transmettent ces données à un serveur Internet, en utilisant le réseau de téléphonie mobile. Notre logiciel Irrolis 3 analyse et présente les données à nos clients sous une forme simple, afin de faciliter la prise de décision. Les données sont stockées dans notre base de données et sont accessibles en tout temps sur Irrolis 3. Le logiciel peut également démarrer des pompes et des vannes afin de piloter l’arrosage automatiquement selon les consignes de chacun de nos utilisateurs. Les principaux avantages de nos systèmes sont la possibilité de gérer l’eau à l’échelle de la ferme, l’augmentation des rendements à l’hectare et la diminution de la consommation d’eau, d’énergie, ainsi que de fertilisants. Tout en agissant pour le développement durable, nos systèmes permettent donc d’augmenter le retour sur investissement. Il devient donc possible de respecter les normes environnementales tout en améliorant la rentabilité de la production agricole. »

Quels sont vos projets ?

J. B. : « Notre technologie a maintenant atteint un stade de maturité suffisant pour nous permettre de procéder à son développement commercial à plus grande échelle. La poursuite de l’expansion de Hortau Inc passera également par notre capacité à évoluer vers des technologies toujours plus innovantes, notamment avec les nouvelles normes tant du côté des technologies de communication que du côté environnemental. »

De plus amples informations sont disponibles sur le site Internet suivant : www.hortau.com