L’aéroport international Jean-Lesage de Québec monte en puissance

14
En franchissant la barre du million de passagers, l’aéroport international Jean-Lesage de Québec dévoile l’image d’une aérogare de classe internationale, mais à l’échelle humaine. Les récentes rénovations et les nouvelles infrastructures soulignent l’optimisation des services.

jeanlessage_oct09

La barre symbolique du million de passagers a été franchie pour la première fois l’année dernière : l’aéroport international Jean-Lesage de Québec a, en effet, accueilli en 2008 quelque 1,02 million de passagers. Cette performance représente une croissance de 17 % par rapport à 2007, due notamment aux célébrations du 400e anniversaire de la fondation de Québec. Cet événement historique n’explique cependant pas à lui seul la réelle montée en puissance de l’aéroport international Jean-Lesage de Québec, puisque la performance de l’année dernière représente une croissance de 60 % par rapport à 2003 ! L’atteinte d’un achalandage record n’aurait pas été possible sans le développement important des services aériens. Pour la seule année 2008, l’aéroport a accueilli quatre nouveaux transporteurs, améliorant ainsi l’offre aux voyageurs. En outre, après avoir subi une cure de rajeunissement importante grâce à des investissements de plus de 100 millions de dollars canadiens (près de 65 millions d’euros), l’aéroport international Jean-Lesage de Québec a réussi à élever ses infrastructures et ses services aéroportuaires à un standard d’excellence de calibre international sans pour autant laisser le passager pour compte. Tous les plans et travaux ont été réalisés avec l’idée bien arrêtée d’inclure la nouvelle vision de l’aéroport : le passager avant tout.

 

Efficacité et confort
Avec des technologies de pointe et les équipements les plus modernes, la nouvelle aérogare offre une nette optimisation des services, de l’information et de la sécurité. De plus, elle constitue une vitrine de la ville de Québec sur le monde et reflète toute la richesse historique et culturelle d’une région qui a su préserver son cachet. Les passagers peuvent ainsi bénéficier d’une expérience aéroportuaire des plus agréables dans cet univers d’efficacité et de confort. À l’origine, la première aérogare avait été construite lorsque tous les aéroports du pays étaient militaires. Puis, en 1957, elle devient un aéroport commercial avec la construction de la toute première aérogare pour passagers. Cette aérogare s’agrandit à la suite d’importants travaux menés en 1973 et, en 1996, est construite l’aérogare internationale, ainsi qu’une nouvelle tour de contrôle. Dix ans plus tard, le réaménagement de la plate-forme est entrepris avec la démolition de presque tous les anciens bâtiments, exception faite du plus récent secteur international.

 

Objectif : doubler le nombre de passagers
L’ouverture, en juin 2008, de la nouvelle aérogare de 22 000 m2 (avec, en outre, 4 000 m2 de bâtiments administratifs) est un franc succès : l’année dernière, plus de 40 % des passagers qui y transitaient prenaient des vols internationaux (dont la moitié vers les États-Unis). Cette tendance à l’internationalisation et à la croissance des vols ne devrait toutefois pas s’arrêter là. « Notre ambition est d’accueillir plus de 2 millions de passagers par an à l’horizon 2020 », affirme ainsi Pascal Bélanger, pilote commercial de formation, président et chef de l’exploitation de l’aéroport international Jean-Lesage depuis juin 2006. « Pour parvenir à cet objectif, nous voulons surtout favoriser les liens directs avec d’autres aéroports internationaux, nous doter de nouvelles infrastructures, attirer de nouveaux transporteurs… Cela nous permettrait, in fine, de créer un climat plus compétitif et ainsi de favoriser une diminution des prix. Par le fait même, nous serons en mesure de récupérer une plus grande partie des fuites de passagers vers l’aéroport de Montréal, situé à environ 2 heures et demie de Québec. Nous voulons notamment accroître notre présence en Europe et, plus particulièrement, en France – des vols directs vers Paris et Nantes sont actuellement offerts, mais nous voudrions relier aussi d’autres provinces françaises. » La future croissance du trafic espérée par les instances dirigeantes de l’aéroport international Jean-Lesage de Québec devrait être aussi liée à un autre facteur de grande importance : la signature entre l’État canadien et l’Union européenne de l’accord Open Skies qui devrait servir à « libéraliser le ciel ». Tout un programme…