Le groupe français Leader Price parie sur le Beaujolais nouveau

9
W1siziisijiwmtivmdcvmtivmtbfmtrfntdfnjq4x2zpbguixsxbinailcj0ahvtyiisiji3mhgxmdawpijdxq
Jean-Pierre Coffe (©Sylvie Humbert)
Comme en 2010, la marque française de hard discount a participé à l’élaboration du Beaujolais nouveau.

Adrien Camadule, Poulouc, Captain Beaujol’ et Paul Debedeux peuvent se réjouir. Tout comme dans le roman éponyme dont ils sont les héros, le Beaujolais nouveau est arrivé. Et pour la seconde année consécutive, le groupe Leader Price s’est associé à l’assemblage de ce nouveau millésime, en vente depuis ce matin dans les 590 magasins de l’enseigne hard discount à 3,95 euros la bouteille. Afin de promouvoir ce produit estampillé « populaire », la marque s’est offerte les services de Jean-Pierre Coffe, dont la silhouette apparaît sur différents supports de communication. Le célèbre cuisinier et animateur de télévision lorrain a aussi participé à l’assemblage du vin en compagnie de Dominique et Kristine Piron, propriétaires de vignes dans le Beaujolais.

 

Dès le 11 octobre, des cuvées de terroirs très différents, toutes vinifiées de façon naturelle, ont été dégustées par les compères pour trouver l’assemblage idéal. Les sols argilo-calcaires du sud du Beaujolais et ceux plus granitiques du nord ont apporté une complémentarité en termes de structure, de fruits et d’arômes. « Il est plus alcoolisé que celui de 2009 et plus fin que celui de 2005″, note Dominique Piron. « Il offre un bel équilibre, une faible acidité et des tanins plus souples, plus enrobés. » Le climat idéal en août et en septembre aura beaucoup contribué à la bonne tenue du Gamay noir, cépage toujours difficile, et, in fine, à la maturité du beaujolais nouveau millésime 2011. « Il faut dire merci à la nature de ce cadeau inestimable! Pour la deuxième année de suite, nous avons réussi à démontrer qu’il était possible de faire un vin de plaisir, un vin de table, un vin de comptoir sans arôme rajouté ni produit chimique« , s’enthousiasme Jean-Pierre Coffe avec sa verve légendaire.

 

Pourtant, l’intéressé a longtemps été un des grands pourfendeurs du Beaujolais nouveau… avant de s’associer à son élaboration. « Je pensais que le beaujolais c’était de la merde (sic) avec ses arômes artificiels qui changeaient chaque année! De plus, il tuait les crus et on voyait disparaître progressivement les Juliénas ou les Morgon! Il y a deux ans, je me suis dit qu’il fallait quelqu’un qui ait suffisamment de couilles (re-sic) pour refaire du vrai Beaujolais. » Côté économique, Leader Price espère que la gouaille de Jean-Pierre Coffe va de nouveau servir le produit: en 2010, 27 000 bouteilles de Beaujolais nouveau Leader Price avaient été vendues par l’enseigne. Cette année, les commandes sont en hausse avec 30 000 bouteilles prévues et 6000 bouteilles partiront même à l’exportation, principalement en Belgique.